Les vidéos et les pads de la journée Digital History

retour-vers-le-futur-saison-1-pc-001Voici les vidéos et les prises de notes des différents intervenants. Malheureusement, la vidéo de Jean-Luc Pinol est corrompue et non disponible.

Il faudra attendre le versement sur Canal-U dans quelques mois pour pouvoir visionner son intervention (ainsi que toutes les autres) en bonne qualité.

Bonne vidéo et n’hésitez pas à vous exprimer dans les commentaires ou sur notre gazouilleur préféré #DigHist13 ! (si la vidéo ne se lance pas, cliquez sur le lien)

Par ailleurs, voici le storify avec le résumé de la journée.

 

 

 

Pierre Mounier

Le pad

—–

Jean-Luc Pinol

Le pad

—-

Sean Takats

Le pad

—-

Franziska Heimburger

Le pad

—-

Marion Lamé

Le pad

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur "Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l'époque moderne" (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Retour d’expérience et réflexions sur la journée d’étude Digital History du 13 juin 2013 à Toulouse

Bien, après quelques jours passés loin de mon ordinateur (mais guère plus reposants, n’est-ce pas @stakats ?), je reprends la plume pour réfléchir sur le déroulement de la journée, avec les points forts et les points faibles, et les projets abordés. Si les intervenants veulent partager des réflexions, qu’ils n’hésitent pas à se manifester ! 😉

Quelques rappels pour commencer :

La journée était initialement prévue avec 6 intervenants. Mais la grève des aiguilleurs du ciel aidant, Serge n’aura vu que l’aéroport de Florence et guère plus… 931151_491976300873981_2032034313_n

 

Sean Takats a accompli un périple digne du XIXe siècle en partant lundi de Washington pour arriver finalement à Toulouse le jeudi à 2h du matin. Le voyage aurait été plus rapide dans la soute d’un paquebot…

 

La journée faisait l’objet d’une diffusion tous azimuts :

  1. Diffusion en streaming via Twitcam (originellement, ce devait être l’outil de l’université, mais celui-ci ne fonctionnait pas la veille…) couplée au hastag #DigHist13 ;
  2. Enregistrement professionnel à destination de Canal-U ;
  3. Prise de note via un pad par les étudiants de master d’histoire pour chaque intervenant ;
  4. Mise en place d’un dispositif Coveritlive (la version d’essai) agrégé aux sites suivants : Framespa, Digital History, Instrumentalisation du passé, La boite à outil des historiens, Devenir Historie-ne et qui regroupe toute la production de la journée (les liens pour les vidéos en direct, les photos, les tweet, voire le FB…). L’objectif était de toucher un public autre que la twitosphère traditionnelle.

 

Un peu d’audience (?) :

La présentation de la journée sur Framespa et le labex : sur Framespa, elle a été consultée par 43 personnes différentes, avec 2min 16s de temps passé à lire le programme. La page d’accueil du site, regroupant aussi le coveritlive, a elle été vue par 59 personnes pour 2m 12s de temps cumulé. L’audience n’est en revanche pas au rendez-vous sur le site du labex, avec seulement 5 vues uniques pour 13s de lecture.

Labex SMS
Labex SMS
Framespa
Framespa

Sur les blogs (je suis preneur des stats des blogs Devenir… et La boite à…) :

  • Instrumentalisation de l’histoire, qui disposait du plus grand nombre de renvois (avec notamment la présentation des intervenants) s’en tire haut la main : 226 visiteurs uniques pour la seule journée (merci à Pierre d’avoir été le premier requêté ;-)). D’ailleurs, dans les pays disponibles, on trouve de manière peu surprenante, les USA et l’Italie (Serge, merci !).
Instrumentalisation de l'Histoire
Instrumentalisation de l’Histoire

 

  • Digital History, qui bénéficiait d’une exposition moindre, a drainé un moindre trafic : seulement 20 visites pour la journée.
Digital History
Digital History
  • Le coveritlive : là, c’est au pifomètre puisque la version d’essai était limitée à 100 clics et qu’ils ont été atteint, interrompant le déroulement du service. On notera néanmoins le bon ratio de temps passé sur l’application, gage que celle-ci a intéressé les auditeurs. En revanche, peu d’interactions, alors que l’app était justement destinée à aux non utilisateurs de twitter… Si des viewers passent pas ici, j’attends vos retours sur l’application via les commentaires.
Coveritlive
Coveritlive
  • Twittcam : et bien figurez-vous que l’outil est des plus succincts ! Impossible de mettre la main sur les stats ! Alors, encore une fois, au pifomètre : le pic le plus bas était de 4 personnes en fin de journée ; il a culminé à 12 dans la matinée.
  • Twitter : 212 tweets avec #DigHist13 (sans compter ceux de Marion qui s’est trompée de # ^^) et 16 twittos actifs. Toutes les stats ici.
Twittos
Twittos

Quelle audience physique ? A Bisto de Nas, entre 30 et 40 personnes sont passées physiquement voir la journée. Un bon cru si on se réfère aux séminaires traditionnels au Mirail, en prenant en compte la date (mi-juin, où les réunions et autres colloques battent leur plein !), le fait que ce soit un grand amphi (et que ça paraît vide) et sans oublier le gros colloque #PedagoTIC organisé juste à côté qui a vraisemblablement accaparé des participants…

En bonus, le nuage de mots de la journée… 😉

Capture d’écran 2013-06-17 à 13.47.15

Qu’en penser ?

    1. pour avoir des stats, diffuser l’info c’est bien, mais réfléchir à utiliser des médias qui comptabilisent, c’est mieux… (les pads et la twitcam ne le font pas.)
    2. quand le stream fonctionne et que les twittos suivent, posent des questions et ajoutent du contenu pour enrichir le débat, c’est génial (cf. @sergenoiret et son blog) ! Mais ça demande au moins une seconde personne pour gérer cam + twitter. D’ailleurs, investir dans une petite webcam HD directionnelle, ce serait encore mieux (un gadget peu onéreux finalement, une 30ène d’euros).

Short Biblio on Digital History from Serge Noiret diffusée lors de la journée

 

  • le pad multiple, c’est chouette pour le compte-rendu 😉
  • le coveritlive, qui semblait être une bonne idée pour faire participer les non twittos, n’a pas eu l’effet escompté. On reste une nouvelle fois cantonné aux utilisateurs de twitter. Peut-être aussi que le public de la journée, majoritairement twittos, n’était pas l’idéal pour utiliser l’outil.

Les pistes de réflexion soulevées lors de la journée :

  • Quelle intégration pour les historiens amateurs ? Doit-on en rester à l’expérience malheureusement « d’utilisation » des généalogistes par le CNRS 30 ans auparavant ? Avec en corollaire, pour qui fait-on de l’histoire , et dans quel but la diffuse-t-on sur le net ?
  • De la nécessaire création d’une bibliographie connectée sur la Digital History ;
  • De twitter comme république des lettres ; ce qui n’est pas évident pour tout le monde :

 

 

  • Monter des projets numérique, c’est bien ; les insérer dans problématiques mémorielles, ça peut ramener des sous ; les adosser à des projets de recherche, ça amplifie leur écho, leur assure une pérennité et permet de les faire connaître. Créer oui, mais en insérant dans les réseaux actuels.
  • Pourquoi n’existe-t-il pas de mot anglais ou allemand pour « veille ». Réponse de Pierre :
  • Si vous voulez déclenchez de la contribution (sur Zotero), commencez à faire le boulot vous-même ;
  • Il est nécessaire de structurer l’information historique : data et text mining sont plus efficaces si les informations sont structurées.

 

Et après ? (un peu de teasing….)

La Digital History, à l’instar des données historiques, se structure à peine. Et si on l’aidait à se structurer ?

Coming soon…

 

 

 

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur "Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l'époque moderne" (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Intervention de Pierre Mounier en ligne

pmouniercouleur-217x300

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur "Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l'époque moderne" (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Dernières informations pour suivre la journée du 13 juin Digital History

stayconnectedtm_full

  • Pour voir le streaming en direct, ce sera selon les disponibilités techniques :

 

  1. Le flux de l’université fonctionne et ce sera ici :  http://videos.univ-tlse2.fr/livestream/dighist13/
  2. Le flux de l’université fonctionne de manière erratique et les URL seront postées/twittées dès leur diffusion
  3. Le flux de l’université ne fonctionne pas et la diffusion se fera par twitcam (nécessaire d’avoir un compte twitter)

Dans tous les cas, les URL seront postées ici.

 

 

  • Pour lire et commenter les interventions des invités :
  1. http://piratepad.net/Takats
  2. http://piratepad.net/Lame
  3. http://piratepad.net/Pinol
  4. http://piratepad.net/Mounier
  5. http://piratepad.net/Heimburger

 

Pour  commenter les interventions sur twitter :

#DigHist13

Pour poser les questions aux invités :

  1. #DigHist13 sur Twitter
  2. Posez votre question sur le coveritlive (sur Framespa, Digital History ou sur Instrumentalisation du passé) (en sachant qu’il est en version d’essai donc si vous êtes nombreux, il est possible qu’il cesse d’émettre… :-))

En espérant vous voir nombreux !

 

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur "Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l'époque moderne" (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Présentation : Sean Takats

 

Sean TakatsSean Takats is Assistant Professor of History at George Mason University and Director of Research Projects at the Roy Rosenzweig Center for History and New Media. His research focuses on early modern France, the Enlightenment, and the digital humanities. At the Roy Rosenzweig Center for History and New Media, Takats has co-directed Zotero, the popular research software platform, since 2006. He has also led other projects on text mining and the history of science. Takats is also currently co-director of The Encyclopedia of Diderot and D’Alembert Collaborative Translation Project, hosted at the University of Michigan. Takats is author of The Expert Cook in Enlightenment France (Johns Hopkins University Press, 2011). His current research extends his interest in occupational expertise to the colonial world, where he explores the practices of collecting and synthesizing a wide range of exotic knowledge, ranging from botany to commerce to medicine. Takats received his bachelor’s degree from Yale and his doctorate from the University of Michigan. He has received fellowships and research grants from the National Endowment for the Humanities, the Mellon Foundation, the Institute of Museum and Library Services, and the Social Science Research Council.

Liens utiles :

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur "Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l'époque moderne" (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Présentation: Pierre Mounier

pierre mounierPierre Mounier, Directeur adjoint d’OpenEdition, est actuellement ingénieur d’étude à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales où il anime un séminaire sur les digital humanities. Fondateur en 2001 d’un portail d’information sur les nouvelles technologies, Homo Numericus, il travaille et publie régulièrement sur différents aspects de la révolution numérique : l’édition électronique, la communication scientifique en libre accès, les digital humanities, les enjeux sociaux et politiques de la révolution numérique.

Intervention:

Cela fait maintenant 5 ans que la plateforme Hypothèses a ouvert ses portes. Depuis, plus de 600 carnets de recherche ont été créés, permettant à un grand nombre de chercheurs, d’équipes et de projets de recherche de communiquer sur leurs activités et l’actualité de leur domaine. Avec plus de 200 carnets de recherche, les historiens forment une des communautés les plus dynamiques sur la plateforme. Comment cette discipline s’est-elle approprié l’outil ? Quels usages peut-on constater ? Jusqu’à quel point ces pratiques de communication sont-elles intégrées aux pratiques de recherche ? Ce sont quelques unes des questions auxquelles on tentera de répondre dans cette communication.

Liens utiles:

CV

Bibliographie Zotero

OpenEdition

 Homo Numericus

Blogo Numericus

Antony Cambron

Antony Cambron est étudiant en master 2 d'histoire contemporaine. Il travaille actuellement sous la direction de Jean-Paul Depretto sur les travaux de la Commission David Rousset comme sources pour l'étude de la répression en URSS.

More Posts

Stream de la journée d’étude Digital History à Toulouse

aff poublancLa journée d’étude sera disponible en direct « urbi et orbi »  (et les replay le soir même normalement) : http://videos.univ-tlse2.fr/livestream/dighist13/

Un fil de discussion tweeter sera ouvert avec le hashtag #DigHist13. N’hésitez pas à y poster vos questions qui seront retransmises aux intervenants.

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur "Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l'époque moderne" (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Présentation : Jean-Luc Pinol

Jean-Luc PinolJean Luc Pinol, professeur d’histoire contemporaine (ENS, Lyon) et directeur de laboratoire au CNRS, est spécialiste d’histoire urbaine. Au cours de ses recherches, il s’est beaucoup intéressé à la manière dont les systèmes d’information géographique pouvaient transformer la manière de faire de l’histoire.

Dans le cadre de la journée d’étude «Digital Studies» du 13 juin 2013, Jean-Luc Pinol propose une réflexion sur l’atelier numérique de l’histoire. Développé à partir d’History Engine, cet atelier est un ensemble d’outils collaboratifs pour l’enseignement et la recherche en histoire. Dans sa version actuelle, cet ensemble permet de « mettre la main à la pâte » (numérique). Les utilisateurs déposent une production fondée sur un commentaire de document qui est également déposé dans l’atelier, ils doivent gérer tags, géolocalisation et bibliographie. Le responsable du cours publie ou suggère des modifications de la production. Les productions portent sur l’espace de la France métropolitaine depuis l’an mille. Une fois publiées, les productions sont moissonnées par ISIDORE et constituent des publications accessibles via le Web.

Liens utiles :

Récupérer les principales publications dans Zotero

CV

Compte twitter

Gérard Périé

Gérard Périé est étudiant en Master 2 d'histoire contemporaine à l'Université de Toulouse Le Mirail, sous la direction de Caroline Barrera et de Jacques Cantier. Il travaille sur l'évolution sociale de l'Université au XX siècle, plus précisément sur le logement étudiant. Il a achevé la rédaction d'un premier mémoire de recherche " Histoire de la Cité Universitaire Daniel Faucher, 1954-1973 ".

More Posts

Présentation Serge NOIRET

S.NOIRET

I am the History Information Specialist at the European University Institute, Florence, Italy where I did my Ph.D. between 1979 and 1984. I work in the EUI academic library to sustain the scholarly activities of the EUI History Department. This is about many things but also about coordinating a Digital History web site called European History Primary Sources – EHPS maintained both by the Library and the History & Civilization Department at the EUI.

My present research interests are dealing with the epistemology of Public History and Digital Public History. I am participating to the PH internationalization process focusing on the peculiar methods, practices and identity of continental European PH activities. I edited a special issue of an Italian academic journal on Public History : national practices v. global identity as a result of a panel that I coordinated during the Pensacola National Coalition for Public History (NCPH) annual meeting in 2011 : European Approaches to Public History : identifying common needs and practices. I am now the elected Chair of the Steering Committee of the International Federation for Public History. I organized the IFPH Steering Committee meeting in Luxembourg, the 22nd of March 2012 and we had a first general public meeting of the association during the Milwaukee NCPH annual meeting in April 2012. Our annual meeting will be this year in Ottawa during the NCPH annual meeting. I published in different languages focusing, in recent years, on the use of visual sources and web sites as primary sources.

Intervention :

Les outils numériques changent nos pratiques bibliographiques et nos habitudes de veille scien- tifique. La First World War Studies Society (société savante regroupant 350 chercheurs dans le monde entier) s’est doté en 2012 d’une bibliographie collective qui tâche à la fois d’être un outil de référence en permanence à jour des publications dans ce champ particulièrement dynamique et de servir d’instrument de veille pour la communauté internationale des chercheurs qui s’inté- ressent à la période et qui ne peuvent pas surveiller les publications dans plusieurs pays. Cette communication reviendra sur les choix d’outils pour sa mise en place et donnera un premier bilan du fonctionnement au bout d’un an d’activité pleine.

Liens utiles :

C.V.

Publications

Digital history

Blog

 

 

Milena Pressmann

Milena Pressmann est en Master 2 d'histoire contemporaine. Elle travaille sur l’image de la femme judéo-maghrébine à travers les œuvres des romancières juives du début du XXème siècle dans l’Empire Colonial sous la direction de Colette Zytnicki.

More Posts

Présentation : Franziska Heimburger

profile

Heimburger Franziska a suivie des études en Allemagne puis en Angleterre avant de rejoindre la France et l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS). Elle y obtient un master d’histoire en 2007 et y poursuit son cursus par un doctorat. Sa thèse, dirigées par Christophe Prochasson (EHESS, Paris) et John Horne (Trinity College, Dublin), portent sur les interprètes militaires et, plus spécifiquement, sur les langues utilisées par les Alliés durant la Grande Guerre. Continuer la lecture de Présentation : Franziska Heimburger

Louis Robert

Louis Robert est étudiant en master 2 d 'Histoire Contemporaine. Il travaille actuellement sous la direction de Jacques Cantier sur la société toulousaine et son évolution pendant la Grande Guerre.

More Posts

Présentation : Marion LAMÉ

5

Marion Lamé est docteur en Histoire, spécialisée en épigraphie numérique. Elle tient un carnet de recherche « Épigraphie en réseau » ainsi qu’une page internet sur Digital Classist.

Elle a consacré sa thèse d’Histoire, en cotutelle avec l’Italie,  à l’édition scientifique et numérique de source primaire en histoire : aspects théoriques et méthodologiques de penser « numériquement » la source.Elle a choisi de travailler sur les sources épigraphiques (source à la fois écrite et archéologique), qui sont les sources qui sollicitent le plus de réflexions de par leur ambivalence et d’opter pour défendre des positions méthodologiques solides : acte de numérisation, problématique de numérisation, définition de l’objet à numériser comme préalable déontologique, exploitation des théories de l’information et de la communication pour repenser la source primaire – sans rien révolutionner pour autant – en particulier la source épigraphique, grâce au numérique.

L’édition de la source primaire étant le premier acte que pose l’historien, il s’agit donc de théorie et de méthode pour des éditions interactives, multimédias et structurées pour la machine (et non plus pour le papier) et qui optimisent la complémentarité des moyens d’expression et de représentation que sont les sytèmes papiers et numériques.

Liens utiles :

– Épigraphie en réseau

– Digital Classist

Récupérer les références bibliographiques dans Zotero

CV

Compte twitter

 

 

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur "Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l'époque moderne" (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

13/06/13 : journée d’étude Digital History à l’université du Mirail – Toulouse

aff poublancLe laboratoire Framespa organise à Toulouse le 13 juin prochain une journée d’étude consacrée à la Digital History dont voici la présentation et le programme :

Cette journée s’inscrit dans le cadre du séminaire transversal du laboratoire Framespa et est organisée avec le soutien de l’IUF, de la MSH-T, de l’URFIST et de l’école doctorale TESC.

Elle s’adresse aux chercheurs comme aux doctorants de toutes les disciplines et pas seule- ment en histoire. L’objet de la journée est de réfléchir sur les nouveaux usages impulsés par le mouvement des Digital Humanities dont la Digital History est l’une des émanations.
Les thématiques de certaines interventions sont communes aux différentes disciplines des SHS- ALL (Pierre Mounier, Sean Takats, Franziska Heimburger) tandis que d’autres concernent spéci- fiquement l’Histoire (Serge Noiret et Jean-Luc Pinol). Mais toutes ont pour ambition de réfléchir sur la structuration de l’information scientifique, notamment dans sa façon de traiter les données toujours plus importantes que récoltent les chercheurs. À cette fin, la journée est articulée en deux parties.
La matinée est consacrée à une réflexion globale sur la place de l’historien dans la cité et sur les contraintes numériques qui modifient son rapport à ses objets d’étude. Dans une seconde partie, il s’agit de présenter les outils qui permettent de digitaliser sources et production scientifique, tout comme les nouvelles façons de travailler ensemble qui en découlent.

Programme :

Introduction : présentation de l’histoire numérique/Digital History

Matin : Digital History, des outils au service de la mémoire

La Digital Public History : histoire et mémoire à la portée de tous ?- Serge Noiret

« L’histoire publique numérique (Digital Public History) dans sa version 2.0, a certainement permis de désenclaver la «culture haute» mais avec l’apparition du web 2.0, l’histoire et la mémoire sont à présent la prérogative de tout le monde dans la toile grâce au «crowdsourcing». Le danger aujourd’hui est que les spécialistes ne dominent pas les mutations du numérique en histoire ou que l’on se limite aux usages publics du passé. Sans une prise de conscience qui ne peut passer que par la connaissance des nouveaux instruments, la révolution du numérique éliminera la capacité professionnelle de reconstruire le passé qui deviendra l’apanage des mémoires individuelles et de l’horizon aveugle de chacun. Cette intervention lors du séminaire « Histoire et historiens face aux usages et à l’instrumentalisation du passé », à Toulouse le 13 juin 2013, tentera de comprendre quelles sont les mutations plus significatives de l’histoire 2.0 pour le métier d’historien et quels sont précisément les enjeux épistémologiques posés par le numérique participatif. Elle s’attardera sur les pratiques nouvelles de la Digital Public History, l’histoire désenclavée à la portée de tout le monde qui répond aux profonds besoins identitaires de nos sociétés globalisées. »

Why RRCHNM ? (Pourquoi le RRCHNM ?) – Sean Takats

Pourquoi le RRCHNM (Roy Rosenzweig, the Center for History and New Media ) a-t-il achevé ses grands projets Digital History (et leur soutien financier) malgré le renom médiocre de la George Mason University, où il s’est établi. On discute également les obstacles particuliers qui gênent le lancement des projets numériques et la nécessité de former des partenariats externes.

Ouvrir l’atelier de l’historien ? Les carnets de recherche sur la plateforme Hypothèses – Pierre Mounier

Cela fait maintenant 5 ans que la plateforme Hypothèses a ouvert ses portes. Depuis, plus de 600 carnets de recherche ont été créés, permettant à un grand nombre de chercheurs, d’équipes et de projets de recherche de communiquer sur leurs activités et l’actualité de leur domaine. Avec plus de 200 carnets de recherche, les historiens forment une des communautés les plus dynamiques sur la plateforme. Comment cette discipline s’est-elle approprié l’outil? Quels usages peut-on constater ? Jusqu’à quel point ces pratiques de communication sont-elles intégrées aux pratiques de recherche ? Ce sont quelques unes des questions auxquelles on tentera de répondre dans cette communication.

Après-midi : Digitaliser l’histoire

L’atelier numérique de l’histoire : mettre la « main à la pâte » numérique – Jean-Luc Pinol

Développé à partir d’History Engine, l’atelier numérique de l’histoire est un ensemble l’outils collaboratifs pour l’enseignement et la recherche en histoire. Dans sa version actuelle, cet ensemble permet de « mette la main à la pâte » (numérique). Les utilisateurs déposent une production fondée sur un commentaire de document qui est également déposé dans l’atelier, ils doivent gérer tags, géolocalisation et bibliographie. Le responsable du cours publie ou suggère des modifications de la production. Les productions portent sur l’espace de la France métropolitaine depuis l’an mille. Une fois publiées les productions sont moissonnées par ISIDORE et constituent des publica- tions accessibles via le Web.

Veiller, communiquer, gérer – une bibliographie collaborative avec Zotero pour la First World War Studies Society – Franziska Heimburger

Les outils numériques changent nos pratiques bibliographiques et nos habitudes de veille scien- tifique. La First World War Studies Society (société savante regroupant 350 chercheurs dans le monde entier) s’est doté en 2012 d’une bibliographie collective qui tâche à la fois d’être un outil de référence en permanence à jour des publications dans ce champ particulièrement dynamique et de servir d’instrument de veille pour la communauté internationale des chercheurs qui s’inté- ressent à la période et qui ne peuvent pas surveiller les publications dans plusieurs pays. Cette communication reviendra sur les choix d’outils pour sa mise en place et donnera un premier bilan du fonctionnement au bout d’un an d’activité pleine.

La source, son historien et l’édition numérique : le paradoxe du navigateur à papier ? – Marion Lamé

Parce qu’elle porte en elle des manifestations des langages humains, à la fois écrits et non écrits, l’inscription, objet d’étude de l’épigraphie, est une source de laquelle surgissent des défis informatiques et qui invite à réaliser des investigations méthodologiques innovantes en humanités numériques. Entendue ici comme un dispositif de communication dans lequel l’écriture a une fonction sociale bien spécifique, questionnée à travers le prisme des sciences de la communication et mise à l’épreuve des techniques et technologies informatiques, l’inscription révèle la complémentarité des instruments propre au système du papier et de ceux propres au système numérique pour transmettre, sous des formes multiples, les informations d’un passé dont l’inscription est la trace. Pourquoi et comment chercher à maintenir le lien cardinal entre l’écrit et le dispositif épigraphique, lien dont on démontre que la rupture est due à l’édition sur papier ? Comment reconstituer la complexité multidimensionnelle de la situation épigraphique ? C’est en tentant de répondre à ces questions, de manière expérimentale, qu’il nous est apparu que l’édition numérique de source primaire positionne l’historien au coeur d’un processus définitoire – qu’est-ce qu’une inscription ? – dont dépendent la problématique de numérisation et les actes de numérisation qui seront alors mis en place.

La présentation des intervenants est disponible sur le site du laboratoire

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur "Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l'époque moderne" (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Jérôme Vicente : « Production, diffusion des savoirs et financement de la recherche : qu’en pensent les économistes ? »

vicenteJérôme Vicente est professeur agrégé en économie et chercheur au LEREPS. Il enseigne à l’Institut d’Études Politique de Toulouse ainsi qu’à l’université de Toulouse 1 Capitole. Ses recherches le poussent à s’intéresser à des domaines aussi divers que l’économie de la connaissance, les théories de groupes, l’économie des interactions sociales, l’évolution géographique de l’économie ou encore l’analyse des réseaux sociaux.

 

 

Voici une liste de ses principales publications :

  • Brossard O. et Vicente J., « Knowledge phases, cognitive and relational distance in ICT alliance networks, i, Cooke P. et al, Platformes of innovation : dynamics of new industrial knowledge flows, Edward Elgar Publishing LTD, 2010
  • Dalla Pria Y., Vicente J., « Processus mimétiques et identité collective : gloire et déclin du Silicon Sentier », Revue Française de Sociologie, n° 47, 2006, p. 293-317
  • Vicente (Jérôme), Les espaces de la Net-Économie : Clusters TIC et aménagement numérique des territoires, Paris, Economica, 2005

 

Gérard Périé

Gérard Périé est étudiant en Master 2 d'histoire contemporaine à l'Université de Toulouse Le Mirail, sous la direction de Caroline Barrera et de Jacques Cantier. Il travaille sur l'évolution sociale de l'Université au XX siècle, plus précisément sur le logement étudiant. Il a achevé la rédaction d'un premier mémoire de recherche " Histoire de la Cité Universitaire Daniel Faucher, 1954-1973 ".

More Posts

Cécile Crespy : « L’espace des sciences sociales, le financement sur projet »

Cécile Crespy est professeur en science politique à l’Institut d’Études Politiques de Toulouse et chercheur au LaSSP. Ses recherches englobent plusieurs domaines tels que les politiques publiques, universitaires et scientifiques, les systèmes d’enseignement supérieur et de recherche. Elle travaille actuellement sur un ouvrage consacré aux politiques scientifiques : « Qui gouverne les politiques scientifiques ? Scientifiques, pouvoirs publics, acteurs économiques et sociaux dans la fabrique de la politique scientifique en France et en Grande-Bretagne (1961-2010) « . Voici une liste non exhaustive de quelques publications :

• Crespy (Cécile), « Sortir des compétences pour investir dans la connaissance. Les conseils régionaux face à l’enseignement supérieur et à la recherche », in S. Barone (dir.), Les Politiques régionales en France, Paris, « Recherche/Pacte », La Découverte, 2011, pp.115-132

• Crespy (Cécile), « Napoléon renversé ? Institutionnalisation des Pôles de recherche et d’enseignement supérieur et réforme du système académique français », Revue Française de Science Politique, vol.59, n°5, 2009, pp.915-938

• Crespy (Cécile), « Mobilisation d’expertises et production du territoire régional. L’exemple de la politique de recherche en Provence-Alpes Côte d’Azur », Annales de la Recherche Urbaine, n°104, 2008, pp.49-57

• Crespy (Cécile), Une action publique hybride. Permanences et transformations de la politique de recherche dans une région. Le cas de Provence Alpes Côte-d’Azur (1982-2004), Thèse pour l’obtention du doctorat de sociologie sous la direction de Jacques Lautman, Université Aix Marseille I, 2006

Gérard Périé

Gérard Périé est étudiant en Master 2 d'histoire contemporaine à l'Université de Toulouse Le Mirail, sous la direction de Caroline Barrera et de Jacques Cantier. Il travaille sur l'évolution sociale de l'Université au XX siècle, plus précisément sur le logement étudiant. Il a achevé la rédaction d'un premier mémoire de recherche " Histoire de la Cité Universitaire Daniel Faucher, 1954-1973 ".

More Posts

Michel Grossetti : « Les quatre idées reçues sur le métier de chercheur »

Michel GrossettiMichel Grossetti, directeur de recherche au CNRS et membre élu LISST, est un sociologue français travaillant sur plusieurs thématiques de recherches telles que les dynamiques de l’activité et des formes sociales, les relations sciences-industries, la construction historique de la carte scientifique ou encore les réseaux sociaux. Dans l’intervention qu’il a donnée durant la journée consacrée aux sciences anciliaires, Michel Grossetti s’est attaché à traiter des relations entre la recherche scientifique et l’industrie. Voici ses principales publications sur cet axe de recherche :

• Grossetti (Michel), Science, industrie et territoire, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, Coll. « Socio-logiques », 1995

• Grossetti (Michel), « Les relations science-industrie dans les régions du sud-ouest français », Sud-Ouest Européen, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, n° 17,2004,  p. 89-96

• Grossetti (Michel) et Bès (Marie-Pierre), « Proximité spatiale et relations science-industrie : savoirs tacites ou encastrement (Polanyi ou Polanyi) », Revue d’Economie Régionale et Urbaine, n°5 – II -, 2002, p.777-788, repris dans Problèmes économiques, n° 2.828, 23 octobre 2003, p. 28-32

• Grossetti (Michel) et Bès (Marie-Pierre), « Encastrements et découplages dans les relations science – industrie », Revue Française de Sociologie, vol. 42, n° 2, 2001, p. 327-355

• Grossetti (Michel) et Nguyen (David), « La structure spatiale des relations science-industrie en France : l’exemple des contrats entre les entreprises et les laboratoires du CNRS », Revue d’Economie Régionale et Urbaine, II, 2001, p. 311-328

Gérard Périé

Gérard Périé est étudiant en Master 2 d'histoire contemporaine à l'Université de Toulouse Le Mirail, sous la direction de Caroline Barrera et de Jacques Cantier. Il travaille sur l'évolution sociale de l'Université au XX siècle, plus précisément sur le logement étudiant. Il a achevé la rédaction d'un premier mémoire de recherche " Histoire de la Cité Universitaire Daniel Faucher, 1954-1973 ".

More Posts