Présentation : Jean-Luc Pinol

Jean-Luc PinolJean Luc Pinol, professeur d’histoire contemporaine (ENS, Lyon) et directeur de laboratoire au CNRS, est spécialiste d’histoire urbaine. Au cours de ses recherches, il s’est beaucoup intéressé à la manière dont les systèmes d’information géographique pouvaient transformer la manière de faire de l’histoire.

Dans le cadre de la journée d’étude «Digital Studies» du 13 juin 2013, Jean-Luc Pinol propose une réflexion sur l’atelier numérique de l’histoire. Développé à partir d’History Engine, cet atelier est un ensemble d’outils collaboratifs pour l’enseignement et la recherche en histoire. Dans sa version actuelle, cet ensemble permet de « mettre la main à la pâte » (numérique). Les utilisateurs déposent une production fondée sur un commentaire de document qui est également déposé dans l’atelier, ils doivent gérer tags, géolocalisation et bibliographie. Le responsable du cours publie ou suggère des modifications de la production. Les productions portent sur l’espace de la France métropolitaine depuis l’an mille. Une fois publiées, les productions sont moissonnées par ISIDORE et constituent des publications accessibles via le Web.

Liens utiles :

Récupérer les principales publications dans Zotero

CV

Compte twitter

Gérard Périé

Gérard Périé est étudiant en Master 2 d’histoire contemporaine à l’Université de Toulouse Le Mirail, sous la direction de Caroline Barrera et de Jacques Cantier. Il travaille sur l’évolution sociale de l’Université au XX siècle, plus précisément sur le logement étudiant. Il a achevé la rédaction d’un premier mémoire de recherche  » Histoire de la Cité Universitaire Daniel Faucher, 1954-1973 « .

More Posts

Serge de Sampigny, « Images et représentations du passé : le documentariste face à l’histoire et aux historiens »

Serge de Sampigny est diplômé de l’IEP de Paris.

Ancien journaliste à la BBC, à BFM, à France Inter et à Infomatin, il se tourne vers le reportage pour la télévision en 1998. Il travaille pour M6 (« Zone interdite« ), France 2 (« Envoyé Spécial« ), Arte (« De quoi je me mêle ? »), France 3 (« Des racines et des ailes« ) avant de se consacrer aux documentaires historiques en couleur au format 90 minutes. En 2008  Serge de Sampigny quitte ses fonctions de rédacteur en chef des documentaires historiques de M6 et fonde la société de production audiovisuelle Histodoc.

Ses réalisations :

-« Hitler, la folie d’un homme » (2005) pour M6.
–  » Quand l’Algérie était française  » (2006) diffusé sur M6.
–  » Staline le tyran rouge  » (2007) toujours sur M6.
– « De Auschwitz à Jérusalem » (2008) retransmis sur M6 dans le cadre du cinquantième anniversaire de la création de l’Etat d’Israël . Ce documentaire a été reconnu comme une contribution importante pour les chercheurs de Yad Vashem.
– « Pétain, un héros si populaire » (2010) pour France 3, qui a d’ailleurs été diffusé à l’université Columbia par l’historien américain Robert Paxton, spécialiste éminent de la France de Vichy.
Arte diffusera courant de l’année 2012 sa dernière production  » En France, à l’heure allemande « .

 

Conférence :

Serge de Champigny

[powerpress url= »http://podcast.cict.fr:8171/podcastproducer/attachments/0FB776D2-48E5-4E1E-97A7-456AB00DC038/FE5E1922-AC90-4B43-AC51-A56639FD5A8F.m4v »]

NB : les navigateurs Internet Explorer 9 et Chrome ne prennent pas en charge le plein écran. Pour en profiter pleinement, n’hésitez pas à utiliser Firefox.

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur « Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l’époque moderne » (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Rémi Mathis, « Wikipédia, de la diffusion de la recherche historique à la construction du rapport au passé »

Ancien élève de l’école nationale des Chartres (2007), et de l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (2008), ancien conservateur de la bibliothèque de sciences humaines et sociales de l’université Paris Descartes-CNRS (2008-2010), Rémi Mathis prépare actuellement une thèse de doctorat consacrée au département des Affaires étrangères sous Louis XIV.

Il est également conservateur du département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France (2010), rédacteur en chef de la revue Nouvelle de l’Estampe, et préside, depuis 2011, le conseil d’administration de Wikimédia France.

Initialement spécialiste des estampes et livres anciens, de l’histoire du jansénisme, ou encore de l’histoire du XVIIe siècle, Remi Mathis à étendu son domaine d’expertise aux usages du web et des nouvelles technologies dans le monde de la culture (réseaux sociaux, livres électroniques,…).
Il est l’auteur de Les bibliographies nationales rétrospectives. Entre recherche d’identité et identité de la recherche, publié en 2010 aux Edition Universitaire Européenne, et tient depuis mai 2009 le blog A la toison d’or, dédié au patrimoine écrit.

Conférence :

[powerpress url=http://podcast.cict.fr:8171/podcastproducer/attachments/0FB776D2-48E5-4E1E-97A7-456AB00DC038/E8D4714D-5248-478D-953D-B2AC2FE3F818.m4v]

Interview :
[powerpress url= »http://podcast.cict.fr:8171/podcastproducer/attachments/0FB776D2-48E5-4E1E-97A7-456AB00DC038/FDEE23F8-7CB6-435E-9D5E-B00D61D7FE41.m4v »]

NB : les navigateurs Internet Explorer 9 et Chrome ne prennent pas en charge le plein écran. Pour en profiter pleinement, n’hésitez pas à utiliser Firefox.

 

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur « Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l’époque moderne » (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Rémy Cazals, « La création d’un groupe de recherche en histoire, le CRID 14-18 »

Rémy Cazals est professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Toulouse II Le Mirail.  Après avoir obtenu l’agrégation d’histoire en 1968,  il a soutenu, en 1974, sa thèse de doctorat, Le mouvement ouvrier à Mazamet au début du xxe siècle (1903-1914) sous la direction de Rolande Trempé. Il est à l’origine de nombreux écrits sur sa ville natale de Mazamet et travaille sur la mémoire populaire, l’histoire ouvrière et les guerres. Président et fondateur du Collectif de recherche international et de débat sur la guerre de 1914–1918 (CRID 14-18), il propose un regard nouveau par rapport à l’historiographie traditionnelle de la Grande Guerre. Rémy Cazals revendique une approche « sensible », à hauteur d’homme, de ce conflit, en s’appuyant notamment sur les carnets de guerre de soldats « ordinaires ». Les poilus ont majoritairement subi leur sort affirment les membres du Crid, remettant en cause l’idée de sacrifice pour défendre la patrie comme le pensent les historiens de l’Historial de Péronne dont le chef de file est Jean-Jacques Becker.

Ouvrages Principaux :

  • Les Révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, La Découverte-Maspero/Privat, 1983.
  • (dir. avec Daniel Fabre), Les Audois. Dictionnaire biographique, Association des Amis des Archives de l’Aude, Fédération Audoise des Œuvres Laïques, Société d’études scientifiques de l’Aude, Carcassonne, 1990.
  • Histoire de Castres, Mazamet, La Montagne, Privat, 1992.
  • 14-18, le cri d’une génération, Privat, 2003.
  • (présentation et notes avec Nicolas Offenstadt), « Si je reviens comme je l’espère » : Lettres du front et de l’arrière, 1914-1918, Grasset, 2003.
  • Lettres de réfugiées. Le Réseau Borieblanque : des étrangères dans la France de Vichy, Tallandier, 2004.
  • La Grande Guerre : Pratiques et expériences par R. Cazals, Emmanuelle Picard, Denis Rolland, et Collectif Privat, 2005.
  • Frères de tranchées (Malcolm Brown, Rémy Cazals, Olaf Mueller ; Marc Ferro, dir.), Perrin, Paris, 2005, 268 p. – 8 p. de pl.
  • Cinq siècles de travail de la laine. Mazamet 1500-2000, éditions Midi-Pyrénées, 2010.

Conférence :
[powerpress url= »http://podcast.cict.fr:8171/podcastproducer/attachments/0FB776D2-48E5-4E1E-97A7-456AB00DC038/CA47B8B6-745E-4DA9-A476-7F0B9A94A566.m4v »]

NB : les navigateurs Internet Explorer 9 et Chrome ne prennent pas en charge le plein écran. Pour en profiter pleinement, n’hésitez pas à utiliser Firefox.

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur « Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l’époque moderne » (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

François Godicheau, « Des courants d’air dans la tour d’ivoire: les historiens espagnols dans la tourmente des luttes mémorielles »

Bibliographie :

Ancien élève de l’École Supérieure de Fontenay/Saint-Cloud (1991-1996), agrégé d’histoire (1995), ancien pensionnaire de la Casa de Velazquez (1999-2001) et docteur en histoire de l’EHESS (2001), François Godicheau a été ATER à l’Université de Toulouse II – Le Mirail avant d’intégrer l’Université de Bordeaux III en tant que maître de conférence à l’Institut d’études ibériques. Il est depuis 2009 professeur des universités.

Ses recherches portent sur les question d’ordre public et de la construction de l’État en Espagne, Argentine et Italie, de la fin du XIXe siècle aux années trente du XXe.

Plus d’informations sur sa fiche de la Casa de Velazquez.

Dernières publications :

« Violences de guerre civile en Espagne », Revue d’histoire de la Shoah, « Violences coloniales, violences de guerre, violences extrêmes », 188, septembre, 2008, pp. 413-430.

«El anarquista: la construcción social del “enemigo de la sociedad”, al hilo del siglo XIX», en Encarna Nicolás, y Carmen González, (eds.), Ayeres en discusión. Temas claves de la Historia Contemporánea hoy, CDRom, Servicio de Publicaciones de la Universidad de Murcia, 2008.

Résumé de la conférence :

 

Conférence :

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur « Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l’époque moderne » (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Jean-Pierre Amalric, « Histoire de Catalogne, histoire en Catalogne : une histoire identitaire ? »

Jean-Pierre Amalric, natif de Montauban, est professeur émérite d’histoire contemporaine de l’université Toulouse II- Le- Mirail où il dirige l’UFR d’histoire au début des années 1990. Spécialiste de l’histoire de l’Espagne, il travaille pour le CNRS au début des années 60 notamment aux Archives de Simanca qui  regroupent les archives du royaume de Castille. En 1976 paraît la première édition de son ouvrage « Espagne » suivi du « Lexique historique de l’Espagne ». Il contribue notamment à des œuvres collectives telles que « L’ Histoire des espagnols » dirigée par Bartolomé Bennassar.

En 1990, il préside le colloque international consacré à Manuel Azana avec la participation du ministre espagnol de la Culture M. Jorge Semprun. Il continue aujourd’hui ses travaux sur l’Espagne et notamment sur Azana dont il préside une association  »  Présence Manuel Azana« .

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur « Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l’époque moderne » (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Kmar Bendana, Interview

Kmar Bendana est chercheuse permanente à l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National (ISHMN – Université de Tunis I)) et professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Tunis. Ses travaux portent sur l’histoire de la culture et des intellectuels en Tunisie aux XIXème et XXème siècles. Co-directrice et actuellement membre du comité de rédaction de la revue IBLA (Institut des Belles Lettres Arabes, Tunis), elle a aussi co-dirigé le bulletin de recherche historique Watha’iq (1984-2003). Elle est membre du Comité de rédaction de Correspondances (IRMC). Kmar Bendana tient par ailleurs un blog destiné à partager des questionnements sur la Tunisie contemporaine au travers des relations entre la culture et l’histoire.

 

Ses dernières publications :

2005 – Relire les biographies de Bourguiba. Vie d’un homme ou naissance d’une nation ? Alfa 2005, Biographies et récits de vies, pp. 107-118.
2006 –  «  »Fleur d’oubli », conjuguer le monde arabe au présent »,  »Babelmed », 5 octobre 2006, La Vie des Idées, n°10, 2006.
2008 –Traducteur en Tunisie aux XIXème/XXèmes siècles : le passage d’une condition à une profession, Rawafid n° 13, Tunis, ISHMN, pp. 125-139.
2010 – « Écrire, enseigner l’histoire de la Tunisie : séquence coloniale et circulation des savoirs », Mélanges Daniel Rivet, Paris, Karthala, pp. 141-153.2011- « Réflexions historiennes sur un fragment révolutionnaire », IBLA n° 207, juin 2011, pp. 5-13. Traduit en arabe par K Kchir. Version française parue dans http://www.transeuropeennes.eu/fr/a….
2011-« M’hamed Belkhûja (Tunis, 1869-1943). Un historien en situation coloniale », Revue d’histoire des sciences humaines, n° 24, pp.17-34.
2011– « Abdelaziz Thaalbi », Dictionary of African biography, Oxford University Press, ed. by Henry Louis Gates JR & Emmanuel Akyeampong.

 

Interview :

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur « Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l’époque moderne » (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Laure Teulière, interview

Après un doctorat d’histoire préparé sous la direction de Pierre Laborie (Français et Italiens dans la France méridionale, de la fin de la Grande Guerre au sortir de l’Occupation : opinion et représentations réciproques) et soutenu en 1997, Laure Teuilière a effectué un post-doctorat au CNRS de 2004 à 2006. Membre du comité de rédaction de la revue Diaspora, elle est aussi directrice adjointe de la revue Cahiers de Framespa – Nouveaux champs d’histoire sociale. Depuis 2007, elle est maître de conférence en histoire contemporaine à l’université de Toulouse II – Le Mirail.

Ses problématiques de recherche concernent l’histoire du fait migratoire et de l’immigration, et tout particulièrement l’histoire des Italiens dans le Sud-Ouest de la France ( Italiens. 150 ans d’émigration en France et ailleurs 1861-2011, Toulouse, Éditalie, 2011). Actuellement, ses recherches s’orientent sur la question des mémoires, notamment pas le biais d’une approche internationale comparée (dir. avec M. Amar), « Mémoires de quartiers », Diasporas. Histoire et sociétés, 2011, n° 17).

Laure Teulière est aussi la représentante pour l’UTM de CLIOHRES (Toulouse Le Mirail étant le partner 22).

Cet interview a été réalisé par Annelise Rodrigo dans le cadre de la première journée du séminaire, « L’historien face à ses publics« .

Interview Laure Teulières

Laure Teulières, « Historienne de l’immigration : un témoignage sur les enjeux de la transmission »

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur « Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l’époque moderne » (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter