Dominique Baudreu, « L’affaire des circulades »

Dominique Baudreu s’intéresse aux formes et aux formations des villages médiévaux, notamment dans l’Aude. Se définissant lui-même comme un autodidacte, il réalise un mémoire de maîtrise , L’Habitat médiéval en Bas-Razés (IXème-XVème s.), Mémoire de maîtrise d’Histoire, Université de Toulouse-le-Mirail, 1985, et il est aussi titulaire d’un DEA d’archéologie médiévale délivré par l‘Université de Provence en 1988.

Tout en travaillant au Centre d’archéologie médiévale du Languedoc, il participe aux travaux du laboratoire TRACES (Travaux et Recherches Archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés) au sein de l’équipe de recherche sur l’archéologie des espaces médiévaux (TERRAE).

Principales publications:

  • ««Circulades» ou la naissance d’une fiction historique», CERCE, n°4 (printemps 2002).
  • BAUDREU (D.), Comptes-rendus bibliographiques : Krzysztof PAWLOWSKI, Circulades languedociennes de l’an Mille. Naissance de l’urbanisme européen, Montpellier, Presses du Languedoc, 1992, in : Heresis, 18, 1992, p. 95-100.

     BAUDREU (D.), Les villages ecclésiaux dans le bassin de l’Aude. 1 – Lieux de culte et habitats associés dans les anciens diocèses de Carcassonne et de Narbonne, in : FIXOT (M.), ZADORA-RIO (E.), dir., L’Environnement des églises et la topographie religieuse dans les campagnes médiévales, Actes du IIIe Congrès international d’archéologie médiévale, Aix-en-Provence, 1989, D.A.F., 46, Paris, 1994, p. 80-97.

    BAUDREU (D.), Le Bas-Razés aux XIe-XIIe s., formes castrales et ecclésiales de l’habitat groupé, in : Histoire et archéologie des terres catalanes au Moyen Age, Collection Etudes, C.R.E.P.F., Presses Universitaires de Perpignan, 1995, p. 187-228, 10 fig.

    BAUDREU (D.) Les enclos ecclésiaux dans les anciens diocèses de Carcassonne et de Narbonne : la pluralité des formes, in : FABRE (Gh.), BOURIN (M.), CAILLE (J.), DEBORD (A.), dir., Morphogenèse du village médiéval, (IXe-XIIe s.). Actes de la table-ronde de Montpellier, février 1993, Cahiers du Patrimoine, 46, Montpellier, L’Inventaire / Association pour la Connaissance du Patrimoine en Languedoc-Roussillon, 1996, p. 189-203, 22 fig.

    BAUDREU (D.), Habitats et fortifications en terre crue d’époque médiévale dans le Midi de la France, in : de CHAZELLES (Cl.-A.) et KLEIN (A.), dir., Echanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue, 1 – Terre modelée, découpée ou coffrée. Matériaux et modes de mise en œuvre, Actes de la table ronde de Montpellier, 17-18 novembre 2001, Editions de l’Espérou, Montpellier, 2003, p. 359-375, 4 fig.

    BAUDREU (D.), Formes et formations des villages médiévaux dans le bassin de l’Aude, 126ème congrés national des sociétés historiques et scientifiques, Toulouse, 9-14 avril 2001, Habitats et territoires du Sud, C.T.H.S., Paris, 2004, p. 65-89, 10 fig.

    BAUDREU (D.), Maisons médiévales du Sud de la France bâties en terre massive : état de la question, in : La maison au Moyen Age dans le Midi de la France, 2. Actes du colloque de Cahors, 6-8 juillet 2006, Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France, Hors série 2008, p. 85-112. (Co-rédigé avec Cl.-A. de CHAZELLES et Fr. GUYONNET).

    BAUDREU (D.), Les villes neuves médiévales du Sud-Ouest de la France (XIe-XIIIe siècles), Boletin Arkeolan, 14, 2006, (MARTINEZ SOPENA (P.), URTEAGA (M.), eds., Las villas nuevas medievales del suroeste europeo. Actas de las Jornadas Interregionales de Hondarribia, 16-18 novembre 2006, 2009), p. 3-36. (Co-rédigé avec J.-L. ABBE et M. BERTHE).

    BAUDREU (D.), L’impact de la guerre et de l’après-guerre albigeoises sur les villages dans les pays de l’Aude, in : Au temps de la Croisade. Sociétés et pouvoirs en Languedoc au XIIIe s. Actes des conférences et tables rondes tenues dans l’Aude, 3 avril – 20 octobre 2009. Carcassonne, Archives départementales de l’Aude, 2010, p. 180-211, 6 fig.

    BAUDREU (D.), dir., L’abbaye et le village de Caunes-Minervois (Aude). Archéologie et Histoire. Actes du colloque de Caunes-Minervois (2003). Supplément à A.M.M. n° 6. Carcassonne, C.A.M.L., 2010, 219 p. (Co-direction avec Nelly POUSTHOMIS-DALLE).

    BAUDREU (D.), Les villages circulaires entre histoire et fiction, in : Médiévales – Baziège. Actes du colloque d’historiens du 13 novembre 2010, Publications de l’Arbre, 2011, p. 9-18.

     

     

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur « Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l’époque moderne » (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Christian Thorel, « Passé et présent de l’Histoire par les livres »

Christian Thorel, né en 1953 à Toulouse, dirige la Librairie Ombres Blanches depuis 1977. En reprenant cette librairie la même année de sa création, avec quatre employés et quatre-vingt mètres carrés de surface, M.Thorel, qui dit « habiter dans les livres », en fait l’une des plus grandes librairies indépendantes de France : ce sont aujourd’hui une quarantaine d’employés qui la font vivre sur plus de mille mètres carrés. Plus qu’une librairie, c’est un véritable pôle culturel et littéraire de la ville Rose qui organise une rencontre quotidienne avec un auteur, s’investit dans des manifestations littéraires régionales (ex : « Le Marathon des Mots« ).
Christian Thorel, qui entreprend ses études à l’INSA de Toulouse mais auxquelles il doit mettre un terme dès suites d’un grave accident de voiture, découvre le métier de libraire à l’âge de vingt ans en fréquentant les librairies de sa ville natale.
Ce métier lui va bien : autodidacte, mais angoissé par le nomadisme (entre 1974 et 1977, après son accident, il s’essaie au cinéma dans la capitale française ), il ressent dans sa nouvelle vocation une sécurité qu’il recherchait : « la sédentarité ».
Ne concevant pas la vie sans les livres il s’en fait un ardent défenseur.
A la fin des années 80, il anime le réseau de libraires indépendants « L’oeil de la lettre ». Puis en 1997 il refonde le syndicat des librairies (SLF) dont il est le vice-président jusqu’en 2007, année de sa démission, se trouvant en désaccord avec certaines orientations prises par le syndicat et soucieux de se consacrer à l’agrandissement de la surface de sa librairie toulousaine.
Ses lectures pléthoriques et son plein investissement autour des activités de sa librairie, qui en ont fait une figure nationale du livre, ne l’empêchent pas de continuer à lutter pour la survie de l’objet-livre et des librairies indépendantes, ancrées dans le paysage de nos centres-villes.

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur « Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l’époque moderne » (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Rémi Mathis, « Wikipédia, de la diffusion de la recherche historique à la construction du rapport au passé »

Ancien élève de l’école nationale des Chartres (2007), et de l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (2008), ancien conservateur de la bibliothèque de sciences humaines et sociales de l’université Paris Descartes-CNRS (2008-2010), Rémi Mathis prépare actuellement une thèse de doctorat consacrée au département des Affaires étrangères sous Louis XIV.

Il est également conservateur du département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France (2010), rédacteur en chef de la revue Nouvelle de l’Estampe, et préside, depuis 2011, le conseil d’administration de Wikimédia France.

Initialement spécialiste des estampes et livres anciens, de l’histoire du jansénisme, ou encore de l’histoire du XVIIe siècle, Remi Mathis à étendu son domaine d’expertise aux usages du web et des nouvelles technologies dans le monde de la culture (réseaux sociaux, livres électroniques,…).
Il est l’auteur de Les bibliographies nationales rétrospectives. Entre recherche d’identité et identité de la recherche, publié en 2010 aux Edition Universitaire Européenne, et tient depuis mai 2009 le blog A la toison d’or, dédié au patrimoine écrit.

Conférence :

[powerpress url=http://podcast.cict.fr:8171/podcastproducer/attachments/0FB776D2-48E5-4E1E-97A7-456AB00DC038/E8D4714D-5248-478D-953D-B2AC2FE3F818.m4v]

Interview :
[powerpress url= »http://podcast.cict.fr:8171/podcastproducer/attachments/0FB776D2-48E5-4E1E-97A7-456AB00DC038/FDEE23F8-7CB6-435E-9D5E-B00D61D7FE41.m4v »]

NB : les navigateurs Internet Explorer 9 et Chrome ne prennent pas en charge le plein écran. Pour en profiter pleinement, n’hésitez pas à utiliser Firefox.

 

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur « Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l’époque moderne » (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Nicolas le Roux, « Sexe, violence et histoire. Un XVIe siècle de cinéma »

Présentation : Nicolas le Roux est spécialiste des guerres de religions dans le royaume de France, ainsi que des sociétés de cour et de la culture nobiliaire.

Il a soutenu sa thèse de doctorat (1997) sous la direction de Jean-Marie Constant, « Courtisans et favoris : lentourage du prince et les mécanismes du pouvoir dans la France des guerres de Religion », à l’université du Maine (Le Mans).

Dès 1998, il devient maître de conférences à l’université Paris IV-Sorbonne puis reçoit son habilitation à diriger des recherches en histoire moderne en 2006.

Depuis 2007 il est professeur d’histoire moderne à l’université Lumière-Lyon 2. L’année suivante il devient secrétaire général de l’Association des historiens modernistes des universités françaises.
Il est notamment auteur de « La Faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois » (2001) et de « Un régicide au nom de Dieu : L’assassinat d’Henri III » (2006).
Plus récemment il a dirigé « Les guerres de religions« (2009) sixième des treize ouvrages, s’inscrivant dans un projet de publication d’une Histoire de France sous la direction de Joël Cornette, qui ont pour objectifs d’ exploiter les connaissances les plus récentes de la recherche et apporter un regard rafraichi sur chaque période concernée.

Publications :

La Faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois, Champ Vallon, « Époques », 2001

Un régicide au nom de Dieu. L’assassinat d’Henri III (1er août 1589), Gallimard, « Les journées qui ont fait la France », 2006

Les Guerres de Religion (1559-1629), Paris, Belin, « Histoire de France », 2009

Conférence :
[powerpress url= »http://podcast.cict.fr:8171/podcastproducer/attachments/0FB776D2-48E5-4E1E-97A7-456AB00DC038/17130D93-EEA8-4B03-BCB8-43E3AB6DC013.m4v »]

NB : les navigateurs Internet Explorer 9 et Chrome ne prennent pas en charge le plein écran. Pour en profiter pleinement, n’hésitez pas à utiliser Firefox.

 

 

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur « Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l’époque moderne » (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Rémy Cazals, « La création d’un groupe de recherche en histoire, le CRID 14-18 »

Rémy Cazals est professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Toulouse II Le Mirail.  Après avoir obtenu l’agrégation d’histoire en 1968,  il a soutenu, en 1974, sa thèse de doctorat, Le mouvement ouvrier à Mazamet au début du xxe siècle (1903-1914) sous la direction de Rolande Trempé. Il est à l’origine de nombreux écrits sur sa ville natale de Mazamet et travaille sur la mémoire populaire, l’histoire ouvrière et les guerres. Président et fondateur du Collectif de recherche international et de débat sur la guerre de 1914–1918 (CRID 14-18), il propose un regard nouveau par rapport à l’historiographie traditionnelle de la Grande Guerre. Rémy Cazals revendique une approche « sensible », à hauteur d’homme, de ce conflit, en s’appuyant notamment sur les carnets de guerre de soldats « ordinaires ». Les poilus ont majoritairement subi leur sort affirment les membres du Crid, remettant en cause l’idée de sacrifice pour défendre la patrie comme le pensent les historiens de l’Historial de Péronne dont le chef de file est Jean-Jacques Becker.

Ouvrages Principaux :

  • Les Révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, La Découverte-Maspero/Privat, 1983.
  • (dir. avec Daniel Fabre), Les Audois. Dictionnaire biographique, Association des Amis des Archives de l’Aude, Fédération Audoise des Œuvres Laïques, Société d’études scientifiques de l’Aude, Carcassonne, 1990.
  • Histoire de Castres, Mazamet, La Montagne, Privat, 1992.
  • 14-18, le cri d’une génération, Privat, 2003.
  • (présentation et notes avec Nicolas Offenstadt), « Si je reviens comme je l’espère » : Lettres du front et de l’arrière, 1914-1918, Grasset, 2003.
  • Lettres de réfugiées. Le Réseau Borieblanque : des étrangères dans la France de Vichy, Tallandier, 2004.
  • La Grande Guerre : Pratiques et expériences par R. Cazals, Emmanuelle Picard, Denis Rolland, et Collectif Privat, 2005.
  • Frères de tranchées (Malcolm Brown, Rémy Cazals, Olaf Mueller ; Marc Ferro, dir.), Perrin, Paris, 2005, 268 p. – 8 p. de pl.
  • Cinq siècles de travail de la laine. Mazamet 1500-2000, éditions Midi-Pyrénées, 2010.

Conférence :
[powerpress url= »http://podcast.cict.fr:8171/podcastproducer/attachments/0FB776D2-48E5-4E1E-97A7-456AB00DC038/CA47B8B6-745E-4DA9-A476-7F0B9A94A566.m4v »]

NB : les navigateurs Internet Explorer 9 et Chrome ne prennent pas en charge le plein écran. Pour en profiter pleinement, n’hésitez pas à utiliser Firefox.

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur « Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l’époque moderne » (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Jean-Pierre Amalric, « Histoire de Catalogne, histoire en Catalogne : une histoire identitaire ? »

Jean-Pierre Amalric, natif de Montauban, est professeur émérite d’histoire contemporaine de l’université Toulouse II- Le- Mirail où il dirige l’UFR d’histoire au début des années 1990. Spécialiste de l’histoire de l’Espagne, il travaille pour le CNRS au début des années 60 notamment aux Archives de Simanca qui  regroupent les archives du royaume de Castille. En 1976 paraît la première édition de son ouvrage « Espagne » suivi du « Lexique historique de l’Espagne ». Il contribue notamment à des œuvres collectives telles que « L’ Histoire des espagnols » dirigée par Bartolomé Bennassar.

En 1990, il préside le colloque international consacré à Manuel Azana avec la participation du ministre espagnol de la Culture M. Jorge Semprun. Il continue aujourd’hui ses travaux sur l’Espagne et notamment sur Azana dont il préside une association  »  Présence Manuel Azana« .

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur « Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l’époque moderne » (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Michel Bertrand, « 1492: « un « lieu de mémoire » hispanique ? »

Bibliographie :

Historien du monde hispanique, Michel Bertrand a été pensionnaire de la section scientifique de la Casa de Velázquez-École des Hautes Études Hispaniques de 1987 à 1990. Influencé par le contexte historiographique français de la fin des années 60 et par les thématiques développées à cette même époque dans l’historiographie américaine, ses premières recherches ont porté sur la question foncière au Guatemala. Elles ont débouché sur la monographie d’une région rurale à forte population indigène abordée dans la très longue durée.

La découverte des approches micro-historiques l’ont ensuite amené à s’intéresser à la question des modes de sociabilité et des réseaux sociaux dans le monde des élites coloniales et post-coloniales du Mexique et du Guatemala. Ses recherches actuelles appliquent ces questionnements aux élites de la ville de Puebla abordées dans la longue durée (17e-18e siècle). Parallèlement, il étudie les modes d’élaboration des discours historiens dans et sur l’espace latino-américain, s’intéressant par là-même à l’historiographie américaniste des 19e et 20e siècles, tout particulièrement à son rôle dans « l’invention » des nations latino-américaines.

Le prolongement de ces questionnements d’ordre historiographique l’ont fait s’intéresser aux récits de voyage européens concernant le Mexique et l’Amérique centrale du 19e et à leur rôle dans la construction des représentations européennes sur l’Amérique latine.

Il est depuis 1990 enseignant à l’université de Toulouse II – Le Mirail et membre senior de l’Institut Universitaire de France.

Dernières publications

– « Configurations sociales urbaines aux confins de l’empire », Annales HSS, n° 4, 2007, pp. 855-884.
De l’un au multiple (coord. avec R. de Roux), Toulouse, coll. Hespéride, PUM., 2009.
– Coordination du numéro 94 de la revue Caravelle sur « Les indépendances en Amérique latine : de la commémoration à l’histoire », 2010.

 

Résumé de la conférence :

 

Conférence :

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur « Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l’époque moderne » (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter