Présentation : Jean-Luc Pinol

Jean-Luc PinolJean Luc Pinol, professeur d’histoire contemporaine (ENS, Lyon) et directeur de laboratoire au CNRS, est spécialiste d’histoire urbaine. Au cours de ses recherches, il s’est beaucoup intéressé à la manière dont les systèmes d’information géographique pouvaient transformer la manière de faire de l’histoire.

Dans le cadre de la journée d’étude «Digital Studies» du 13 juin 2013, Jean-Luc Pinol propose une réflexion sur l’atelier numérique de l’histoire. Développé à partir d’History Engine, cet atelier est un ensemble d’outils collaboratifs pour l’enseignement et la recherche en histoire. Dans sa version actuelle, cet ensemble permet de « mettre la main à la pâte » (numérique). Les utilisateurs déposent une production fondée sur un commentaire de document qui est également déposé dans l’atelier, ils doivent gérer tags, géolocalisation et bibliographie. Le responsable du cours publie ou suggère des modifications de la production. Les productions portent sur l’espace de la France métropolitaine depuis l’an mille. Une fois publiées, les productions sont moissonnées par ISIDORE et constituent des publications accessibles via le Web.

Liens utiles :

Récupérer les principales publications dans Zotero

CV

Compte twitter

Gérard Périé

Gérard Périé est étudiant en Master 2 d’histoire contemporaine à l’Université de Toulouse Le Mirail, sous la direction de Caroline Barrera et de Jacques Cantier. Il travaille sur l’évolution sociale de l’Université au XX siècle, plus précisément sur le logement étudiant. Il a achevé la rédaction d’un premier mémoire de recherche  » Histoire de la Cité Universitaire Daniel Faucher, 1954-1973 « .

More Posts

Présentation Serge NOIRET

S.NOIRET

I am the History Information Specialist at the European University Institute, Florence, Italy where I did my Ph.D. between 1979 and 1984. I work in the EUI academic library to sustain the scholarly activities of the EUI History Department. This is about many things but also about coordinating a Digital History web site called European History Primary Sources – EHPS maintained both by the Library and the History & Civilization Department at the EUI.

My present research interests are dealing with the epistemology of Public History and Digital Public History. I am participating to the PH internationalization process focusing on the peculiar methods, practices and identity of continental European PH activities. I edited a special issue of an Italian academic journal on Public History : national practices v. global identity as a result of a panel that I coordinated during the Pensacola National Coalition for Public History (NCPH) annual meeting in 2011 : European Approaches to Public History : identifying common needs and practices. I am now the elected Chair of the Steering Committee of the International Federation for Public History. I organized the IFPH Steering Committee meeting in Luxembourg, the 22nd of March 2012 and we had a first general public meeting of the association during the Milwaukee NCPH annual meeting in April 2012. Our annual meeting will be this year in Ottawa during the NCPH annual meeting. I published in different languages focusing, in recent years, on the use of visual sources and web sites as primary sources.

Intervention :

Les outils numériques changent nos pratiques bibliographiques et nos habitudes de veille scien- tifique. La First World War Studies Society (société savante regroupant 350 chercheurs dans le monde entier) s’est doté en 2012 d’une bibliographie collective qui tâche à la fois d’être un outil de référence en permanence à jour des publications dans ce champ particulièrement dynamique et de servir d’instrument de veille pour la communauté internationale des chercheurs qui s’inté- ressent à la période et qui ne peuvent pas surveiller les publications dans plusieurs pays. Cette communication reviendra sur les choix d’outils pour sa mise en place et donnera un premier bilan du fonctionnement au bout d’un an d’activité pleine.

Liens utiles :

C.V.

Publications

Digital history

Blog

 

 

Milena Pressmann

Milena Pressmann est en Master 2 d’histoire contemporaine. Elle travaille sur l’image de la femme judéo-maghrébine à travers les œuvres des romancières juives du début du XXème siècle dans l’Empire Colonial sous la direction de Colette Zytnicki.

More Posts

Présentation : Franziska Heimburger

profile

Heimburger Franziska a suivie des études en Allemagne puis en Angleterre avant de rejoindre la France et l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS). Elle y obtient un master d’histoire en 2007 et y poursuit son cursus par un doctorat. Sa thèse, dirigées par Christophe Prochasson (EHESS, Paris) et John Horne (Trinity College, Dublin), portent sur les interprètes militaires et, plus spécifiquement, sur les langues utilisées par les Alliés durant la Grande Guerre. Continuer la lecture de Présentation : Franziska Heimburger

Louis Robert

Louis Robert est étudiant en master 2 d ‘Histoire Contemporaine. Il travaille actuellement sous la direction de Jacques Cantier sur la société toulousaine et son évolution pendant la Grande Guerre.

More Posts

Présentation : Marion LAMÉ

5

Marion Lamé est docteur en Histoire, spécialisée en épigraphie numérique. Elle tient un carnet de recherche « Épigraphie en réseau » ainsi qu’une page internet sur Digital Classist.

Elle a consacré sa thèse d’Histoire, en cotutelle avec l’Italie,  à l’édition scientifique et numérique de source primaire en histoire : aspects théoriques et méthodologiques de penser « numériquement » la source.Elle a choisi de travailler sur les sources épigraphiques (source à la fois écrite et archéologique), qui sont les sources qui sollicitent le plus de réflexions de par leur ambivalence et d’opter pour défendre des positions méthodologiques solides : acte de numérisation, problématique de numérisation, définition de l’objet à numériser comme préalable déontologique, exploitation des théories de l’information et de la communication pour repenser la source primaire – sans rien révolutionner pour autant – en particulier la source épigraphique, grâce au numérique.

L’édition de la source primaire étant le premier acte que pose l’historien, il s’agit donc de théorie et de méthode pour des éditions interactives, multimédias et structurées pour la machine (et non plus pour le papier) et qui optimisent la complémentarité des moyens d’expression et de représentation que sont les sytèmes papiers et numériques.

Liens utiles :

– Épigraphie en réseau

– Digital Classist

Récupérer les références bibliographiques dans Zotero

CV

Compte twitter

 

 

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur « Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l’époque moderne » (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

13/06/13 : journée d’étude Digital History à l’université du Mirail – Toulouse

aff poublancLe laboratoire Framespa organise à Toulouse le 13 juin prochain une journée d’étude consacrée à la Digital History dont voici la présentation et le programme :

Cette journée s’inscrit dans le cadre du séminaire transversal du laboratoire Framespa et est organisée avec le soutien de l’IUF, de la MSH-T, de l’URFIST et de l’école doctorale TESC.

Elle s’adresse aux chercheurs comme aux doctorants de toutes les disciplines et pas seule- ment en histoire. L’objet de la journée est de réfléchir sur les nouveaux usages impulsés par le mouvement des Digital Humanities dont la Digital History est l’une des émanations.
Les thématiques de certaines interventions sont communes aux différentes disciplines des SHS- ALL (Pierre Mounier, Sean Takats, Franziska Heimburger) tandis que d’autres concernent spéci- fiquement l’Histoire (Serge Noiret et Jean-Luc Pinol). Mais toutes ont pour ambition de réfléchir sur la structuration de l’information scientifique, notamment dans sa façon de traiter les données toujours plus importantes que récoltent les chercheurs. À cette fin, la journée est articulée en deux parties.
La matinée est consacrée à une réflexion globale sur la place de l’historien dans la cité et sur les contraintes numériques qui modifient son rapport à ses objets d’étude. Dans une seconde partie, il s’agit de présenter les outils qui permettent de digitaliser sources et production scientifique, tout comme les nouvelles façons de travailler ensemble qui en découlent.

Programme :

Introduction : présentation de l’histoire numérique/Digital History

Matin : Digital History, des outils au service de la mémoire

La Digital Public History : histoire et mémoire à la portée de tous ?- Serge Noiret

« L’histoire publique numérique (Digital Public History) dans sa version 2.0, a certainement permis de désenclaver la «culture haute» mais avec l’apparition du web 2.0, l’histoire et la mémoire sont à présent la prérogative de tout le monde dans la toile grâce au «crowdsourcing». Le danger aujourd’hui est que les spécialistes ne dominent pas les mutations du numérique en histoire ou que l’on se limite aux usages publics du passé. Sans une prise de conscience qui ne peut passer que par la connaissance des nouveaux instruments, la révolution du numérique éliminera la capacité professionnelle de reconstruire le passé qui deviendra l’apanage des mémoires individuelles et de l’horizon aveugle de chacun. Cette intervention lors du séminaire « Histoire et historiens face aux usages et à l’instrumentalisation du passé », à Toulouse le 13 juin 2013, tentera de comprendre quelles sont les mutations plus significatives de l’histoire 2.0 pour le métier d’historien et quels sont précisément les enjeux épistémologiques posés par le numérique participatif. Elle s’attardera sur les pratiques nouvelles de la Digital Public History, l’histoire désenclavée à la portée de tout le monde qui répond aux profonds besoins identitaires de nos sociétés globalisées. »

Why RRCHNM ? (Pourquoi le RRCHNM ?) – Sean Takats

Pourquoi le RRCHNM (Roy Rosenzweig, the Center for History and New Media ) a-t-il achevé ses grands projets Digital History (et leur soutien financier) malgré le renom médiocre de la George Mason University, où il s’est établi. On discute également les obstacles particuliers qui gênent le lancement des projets numériques et la nécessité de former des partenariats externes.

Ouvrir l’atelier de l’historien ? Les carnets de recherche sur la plateforme Hypothèses – Pierre Mounier

Cela fait maintenant 5 ans que la plateforme Hypothèses a ouvert ses portes. Depuis, plus de 600 carnets de recherche ont été créés, permettant à un grand nombre de chercheurs, d’équipes et de projets de recherche de communiquer sur leurs activités et l’actualité de leur domaine. Avec plus de 200 carnets de recherche, les historiens forment une des communautés les plus dynamiques sur la plateforme. Comment cette discipline s’est-elle approprié l’outil? Quels usages peut-on constater ? Jusqu’à quel point ces pratiques de communication sont-elles intégrées aux pratiques de recherche ? Ce sont quelques unes des questions auxquelles on tentera de répondre dans cette communication.

Après-midi : Digitaliser l’histoire

L’atelier numérique de l’histoire : mettre la « main à la pâte » numérique – Jean-Luc Pinol

Développé à partir d’History Engine, l’atelier numérique de l’histoire est un ensemble l’outils collaboratifs pour l’enseignement et la recherche en histoire. Dans sa version actuelle, cet ensemble permet de « mette la main à la pâte » (numérique). Les utilisateurs déposent une production fondée sur un commentaire de document qui est également déposé dans l’atelier, ils doivent gérer tags, géolocalisation et bibliographie. Le responsable du cours publie ou suggère des modifications de la production. Les productions portent sur l’espace de la France métropolitaine depuis l’an mille. Une fois publiées les productions sont moissonnées par ISIDORE et constituent des publica- tions accessibles via le Web.

Veiller, communiquer, gérer – une bibliographie collaborative avec Zotero pour la First World War Studies Society – Franziska Heimburger

Les outils numériques changent nos pratiques bibliographiques et nos habitudes de veille scien- tifique. La First World War Studies Society (société savante regroupant 350 chercheurs dans le monde entier) s’est doté en 2012 d’une bibliographie collective qui tâche à la fois d’être un outil de référence en permanence à jour des publications dans ce champ particulièrement dynamique et de servir d’instrument de veille pour la communauté internationale des chercheurs qui s’inté- ressent à la période et qui ne peuvent pas surveiller les publications dans plusieurs pays. Cette communication reviendra sur les choix d’outils pour sa mise en place et donnera un premier bilan du fonctionnement au bout d’un an d’activité pleine.

La source, son historien et l’édition numérique : le paradoxe du navigateur à papier ? – Marion Lamé

Parce qu’elle porte en elle des manifestations des langages humains, à la fois écrits et non écrits, l’inscription, objet d’étude de l’épigraphie, est une source de laquelle surgissent des défis informatiques et qui invite à réaliser des investigations méthodologiques innovantes en humanités numériques. Entendue ici comme un dispositif de communication dans lequel l’écriture a une fonction sociale bien spécifique, questionnée à travers le prisme des sciences de la communication et mise à l’épreuve des techniques et technologies informatiques, l’inscription révèle la complémentarité des instruments propre au système du papier et de ceux propres au système numérique pour transmettre, sous des formes multiples, les informations d’un passé dont l’inscription est la trace. Pourquoi et comment chercher à maintenir le lien cardinal entre l’écrit et le dispositif épigraphique, lien dont on démontre que la rupture est due à l’édition sur papier ? Comment reconstituer la complexité multidimensionnelle de la situation épigraphique ? C’est en tentant de répondre à ces questions, de manière expérimentale, qu’il nous est apparu que l’édition numérique de source primaire positionne l’historien au coeur d’un processus définitoire – qu’est-ce qu’une inscription ? – dont dépendent la problématique de numérisation et les actes de numérisation qui seront alors mis en place.

La présentation des intervenants est disponible sur le site du laboratoire

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur « Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l’époque moderne » (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Jérôme Vicente : « Production, diffusion des savoirs et financement de la recherche : qu’en pensent les économistes ? »

vicenteJérôme Vicente est professeur agrégé en économie et chercheur au LEREPS. Il enseigne à l’Institut d’Études Politique de Toulouse ainsi qu’à l’université de Toulouse 1 Capitole. Ses recherches le poussent à s’intéresser à des domaines aussi divers que l’économie de la connaissance, les théories de groupes, l’économie des interactions sociales, l’évolution géographique de l’économie ou encore l’analyse des réseaux sociaux.

 

 

Voici une liste de ses principales publications :

  • Brossard O. et Vicente J., « Knowledge phases, cognitive and relational distance in ICT alliance networks, i, Cooke P. et al, Platformes of innovation : dynamics of new industrial knowledge flows, Edward Elgar Publishing LTD, 2010
  • Dalla Pria Y., Vicente J., « Processus mimétiques et identité collective : gloire et déclin du Silicon Sentier », Revue Française de Sociologie, n° 47, 2006, p. 293-317
  • Vicente (Jérôme), Les espaces de la Net-Économie : Clusters TIC et aménagement numérique des territoires, Paris, Economica, 2005

 

Gérard Périé

Gérard Périé est étudiant en Master 2 d’histoire contemporaine à l’Université de Toulouse Le Mirail, sous la direction de Caroline Barrera et de Jacques Cantier. Il travaille sur l’évolution sociale de l’Université au XX siècle, plus précisément sur le logement étudiant. Il a achevé la rédaction d’un premier mémoire de recherche  » Histoire de la Cité Universitaire Daniel Faucher, 1954-1973 « .

More Posts

Cécile Crespy : « L’espace des sciences sociales, le financement sur projet »

Cécile Crespy est professeur en science politique à l’Institut d’Études Politiques de Toulouse et chercheur au LaSSP. Ses recherches englobent plusieurs domaines tels que les politiques publiques, universitaires et scientifiques, les systèmes d’enseignement supérieur et de recherche. Elle travaille actuellement sur un ouvrage consacré aux politiques scientifiques : « Qui gouverne les politiques scientifiques ? Scientifiques, pouvoirs publics, acteurs économiques et sociaux dans la fabrique de la politique scientifique en France et en Grande-Bretagne (1961-2010) « . Voici une liste non exhaustive de quelques publications :

• Crespy (Cécile), « Sortir des compétences pour investir dans la connaissance. Les conseils régionaux face à l’enseignement supérieur et à la recherche », in S. Barone (dir.), Les Politiques régionales en France, Paris, « Recherche/Pacte », La Découverte, 2011, pp.115-132

• Crespy (Cécile), « Napoléon renversé ? Institutionnalisation des Pôles de recherche et d’enseignement supérieur et réforme du système académique français », Revue Française de Science Politique, vol.59, n°5, 2009, pp.915-938

• Crespy (Cécile), « Mobilisation d’expertises et production du territoire régional. L’exemple de la politique de recherche en Provence-Alpes Côte d’Azur », Annales de la Recherche Urbaine, n°104, 2008, pp.49-57

• Crespy (Cécile), Une action publique hybride. Permanences et transformations de la politique de recherche dans une région. Le cas de Provence Alpes Côte-d’Azur (1982-2004), Thèse pour l’obtention du doctorat de sociologie sous la direction de Jacques Lautman, Université Aix Marseille I, 2006

Gérard Périé

Gérard Périé est étudiant en Master 2 d’histoire contemporaine à l’Université de Toulouse Le Mirail, sous la direction de Caroline Barrera et de Jacques Cantier. Il travaille sur l’évolution sociale de l’Université au XX siècle, plus précisément sur le logement étudiant. Il a achevé la rédaction d’un premier mémoire de recherche  » Histoire de la Cité Universitaire Daniel Faucher, 1954-1973 « .

More Posts

Michel Grossetti : « Les quatre idées reçues sur le métier de chercheur »

Michel GrossettiMichel Grossetti, directeur de recherche au CNRS et membre élu LISST, est un sociologue français travaillant sur plusieurs thématiques de recherches telles que les dynamiques de l’activité et des formes sociales, les relations sciences-industries, la construction historique de la carte scientifique ou encore les réseaux sociaux. Dans l’intervention qu’il a donnée durant la journée consacrée aux sciences anciliaires, Michel Grossetti s’est attaché à traiter des relations entre la recherche scientifique et l’industrie. Voici ses principales publications sur cet axe de recherche :

• Grossetti (Michel), Science, industrie et territoire, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, Coll. « Socio-logiques », 1995

• Grossetti (Michel), « Les relations science-industrie dans les régions du sud-ouest français », Sud-Ouest Européen, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, n° 17,2004,  p. 89-96

• Grossetti (Michel) et Bès (Marie-Pierre), « Proximité spatiale et relations science-industrie : savoirs tacites ou encastrement (Polanyi ou Polanyi) », Revue d’Economie Régionale et Urbaine, n°5 – II -, 2002, p.777-788, repris dans Problèmes économiques, n° 2.828, 23 octobre 2003, p. 28-32

• Grossetti (Michel) et Bès (Marie-Pierre), « Encastrements et découplages dans les relations science – industrie », Revue Française de Sociologie, vol. 42, n° 2, 2001, p. 327-355

• Grossetti (Michel) et Nguyen (David), « La structure spatiale des relations science-industrie en France : l’exemple des contrats entre les entreprises et les laboratoires du CNRS », Revue d’Economie Régionale et Urbaine, II, 2001, p. 311-328

Gérard Périé

Gérard Périé est étudiant en Master 2 d’histoire contemporaine à l’Université de Toulouse Le Mirail, sous la direction de Caroline Barrera et de Jacques Cantier. Il travaille sur l’évolution sociale de l’Université au XX siècle, plus précisément sur le logement étudiant. Il a achevé la rédaction d’un premier mémoire de recherche  » Histoire de la Cité Universitaire Daniel Faucher, 1954-1973 « .

More Posts

08/04/2013 « L’espace des sciences sociales : Sciences anciliaires ? La question des financements de la recherche »

L’injonction à l’excellence scientifique a pu être perçue par certains comme l’imposition plus ou moins silencieuse d’une vision managériale et néolibérale du travail scientifique, davantage soucieuse d’opérationnalités pratiques et d’évaluations hétéronomes et moins portée sur le « désintéressement » jusqu’alors pensé comme attribut du chercheur. La question du financement des recherches, de moins en moins public, exacerbe cet enjeu de l’autonomie du champ scientifique. D’où cette idée de sciences désormais ancillaires (littéralement, les sciences de servantes), entièrement au service du marché, d’une vision idéologique du monde ou d’un appareil bureaucratique… Mais est-ce réellement nouveau ? Le mode normal de construction de la « science » est-il depuis toujours lié à l’affranchissement vis-à-vis des contraintes matérielles de financement, notamment issu du secteur privé ?

Michel Grossetti : « Quatre idées reçues sur le travail du chercheur »

Michel Grossetti présente quatre idées reçues  pour montrer que le mode normal de construction de la « science » ne fut pas toujours lié à l’affranchissement vis-à-vis des contraintes matérielles de financement. En effet, dans un article paru en 2003 (« Les évolutions du champ scientifique en France à travers les publications et les contrats de recherche », Actes de la recherche en sciences sociales, juin, n° 148, p. 1), Michel Grossetti rappelle que si depuis une trentaine d’années les pays industrialisés sont face à une croissance régulière des collaborations entre la recherche universitaire et d’autres organismes, en particulier les entreprises, les liens entre la recherche et le monde industriel a déjà une histoire assez longue.

La première idée fausse est de croise que la science est détachée de toute dimension utilitaire. Cette vision de la science fut notamment celle de l’éminent physicien Jean Perrin. Michel Grossetti, en illustrant ces propos de plusieurs exemples, contredit ce prétendu détachement de la science. En 1781, les États du Languedoc avaient recruté un chimiste nommé Jean-Antoine Chaptal, dont les recherches étaient en lien direct avec l’industrie. Plus récemment, des chercheurs tels que Louis Pasteur faisaient des recherches en lien direct avec l’industrie. En effet, Louis Pasteur étudiait notamment l’extraction du sucre de la batterave. Pour Michel Grossetti, ces deux exemples illustrent le lien qui a toujours existé entre l’utilité et la science, ce que le sociologue nomme « l’utilité scientifique ». Si l’on élargit le cadre géographique aux États-Unis, la recherche scientifique peut y être perçue comme le contre modèle de la vision de Jean Perrin. Au MIT, par exemple, l’accent fut mis sur des orientations industrielles de la recherche, pouvant faire penser que la science devenait dès intéressée. Ce modèle américain s’est d’ailleurs développé en Europe où, au cours des Trente Glorieuses, les États se sont mis à financer fortement la recherche scientifique.

Michel Grossetti met ensuite l’accent sur une second idée fausse qui serait de croire que le cadre académique est le seul dans lequel s’effectue une activité de recherche. Le cadre industriel, lui aussi, représente un lieu où la recherche scientifique a ses droits. Ni en contradiction, ni étanches l’un à l’autre, ces deux cadres se complètent et se croisent pour l’avancée de la recherche scientifique. À l’aide d’un nouvel exemple, Michel Grossetti illustre ses propos. En effet, les instituts de province n’ont-ils pas dû leur salut à leur utilisation de la science appliquée, en opposition avec un académisme stéril, où la science n’est concentrée que sur l’enseignement ?

La troisième idée fausse que dénonce Michel Grossetti est cette croyance en la contradiction entre d’une part la recherche de l’excellence et, d’autre part, l’utilité sociale. Le sociologue explique que ces deux idées ne forment en fait qu’une seule et même notion. Dans le contexte actuel du chercheur, où l’idée d’excellence scientifique règne, l’utilité sociale paraît quelque fois reléguée au second plan, derrière le financement des recherches entraînant le chercheur à privilégier certains axes de recherches dans l’espoir d’obtenir une aide financière. Pourtant excellence scientifique et utilité sociale ne sont pas étrangères l’une à l’autre.

Enfin, Michel Grossetti termine son intervention en pointant une quatrième idée fausse : les chercheurs seraient victimes des injonctions inventés par les politiciens. Selon Michel Grossetti, se seraient plutôt les scientifiques qui seraient à l’origine de ces injonctions contradictoires. C’est en fait toute la communauté scientifique qui doit se poser la question de ce qu’elle veut faire et de ses rapports avec le monde social. Les chercheurs ne devraient pas s’enfermer dans leurs recherches mais, au contraire, s’ouvrir au monde social.

Finalement, Michel Grossetti estime qu’il serait absurde de stigmatiser toutes les recherches scientifiques sur le financement incitatif et à visé applicative. Le lien entre recherche scientifique et le monde de l’industrie, même s’il se pose aujourd’hui avec une nouvelle acuité, n’est pas une donnée récente. Cet aperçu historique a permis dans montrer les différentes facettes à travers le temps.

Cécile Crespy : « L’espace des sciences sociales, le financement sur projet »

Le financement sur projet intervient après un appel d’offre, une sélection, une évaluation, et induit un contrôle sur le cours des recherches. Concrètement il s’agit de ressources qui sont attribuées à des individus ou à des groupes de recherche, et qui proviennent d’un financement extérieur. Ce dispositif, ancien dans l’histoire du financement de la recherche, est en plein développement depuis la Seconde Guerre mondiale notamment dans le domaine de la santé et de l’aménagement du territoire. La question du financement de l’histoire se pose alors que la part des financements sur projet dans la recherche internationale est passée d’environ 10/11% en 1982 à 21% en 2002. Le contexte est évidemment très important à l’augmentation de cette part de financement, et peut s’avérer défavorable dans un climat de crise économique.

Ce mode de financement pose aussi la question des articulations entre les logiques marchandes, les logiques sociales et les logiques académiques qui peuvent être mises en œuvre à travers cette distribution de ressources. Les chercheurs disposent toutefois d’une réelle marge de manœuvre, le temps de la programmation du projet et le temps des pratiques de recherche étant strictement séparés. Ce sont les conceptions nationales de la recherche qui font que, dans certains pays, les recherches financées sur projet sont perçues comme objectives ou non, au contraire de celles qui sont financées par de l’argent public.

La France, que concerne aussi cette hausse générale du recours à ce mode de financement intervenue de 1982 à 2002, a décidé d’encourager le financement sur projet avec la création de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR : http://www.agence-nationale-recherche.fr) qui regroupe tous les appels à projets nationaux et transnationaux. Cette politique s’insère dans une logique de diversification des sources de financement de la recherche à l’œuvre depuis les années 1980, où l’Union européenne et les collectivités locales ont commencé à s’investir aux cotés de l’État français.

Le financement sur projet questionne directement l’autonomie des chercheurs par rapport aux acteurs externes comme à la communauté des pairs. Le financement sur projet a-t-il un impact sur ces relations, et à quel niveau ?

Il est difficile de développer une conclusion nette sur cette question. Il est certain que ce mode de financement a un impact sur le travail académique, faisant apparaître de nouvelles hiérarchies professionnelles qui peuvent conduire à l’individualisation dans la recherche du financement comme au regroupement autour d’un agenda de recherche commun. Un modèle partenarial instauré entre chercheurs statutaires et doctorants peut aussi permettre l’intégration de ces derniers dans les projets de recherche du laboratoire. Des mises en œuvre très différentes sont possibles, celles-ci variant fortement selon les disciplines scientifiques.

Les financements sur projet se déroulent généralement sur deux ou trois ans durant lesquels la contrainte liée au financement est internalisée dans le laboratoire en une sorte de pression liée au respect des injonctions communautaires.

Dans le cadre français la question du financement sur projet inquiète sur les possibilités de contrôle de la recherche par les pouvoirs publics, et ce mode de financement n’est surtout appliqué que dans l’industrie et le progrès technique. L’idée d’un retard français permet de légitimer un certain nombre d’actions concertées, telles que la mise en place de l’Agence Nationale de la Recherche et par un travail de coopération entre les divers organismes de la recherche française à travers la Délégation Générale à la Recherche Scientifique et Technique (DGRST) créée en 1961. L’ANR permet aussi un rapprochement avec la recherche d’autres pays tels que le Royaume-Uni et l’Allemagne, ainsi qu’un renforcement de l’aide de financement sur des thématiques données.

Mais la question de la légitimité des agences et de la part d’intervention des pouvoirs publics dans la recherche reste prégnante. Pour l’instant, il semblerait que l’indépendance des chercheurs tient beaucoup à la capacité de ce petit univers social à conserver des marges d’entre-soi.

Jérôme Vicente : « Production, diffusion des savoirs et financement de la recherche : qu’en pensent les économistes ? »

Pour ce qui est du savoir issu de la recherche publique, les connaissances ont tendance à circuler librement, à l’inverse du savoir issu de la recherche privée.
Pour ce qui est du cas de la France, il existe une mauvaise imbrication des sphères publiques et privées, qui entraînerait un déficit d’efficacité globale de la recherche en France.

La connaissance est un bien public qui génère de fortes externalités : plus la connaissance circule librement, plus les agents sont en mesure d’absorber les connaissances existantes pour produire de nouvelles connaissances, selon une logique cumulative de croissance et d’amélioration du bien-être. Mais la diffusion n’est optimale que lorsque la connaissance a un coût nul. Or une accession à prix nul n’est pas toujours possible; de plus, il existe un problème d’incitation à la production des connaissances s’il n’y a pas de rémunération en contrepartie.

 Trois propriétés font de la connaissance un bien économique particulier, tant dans l’usage que dans la production, à l’inverse d’un bien tangible. Tout d’abord la connaissance est difficilement contrôlable ; elle tend à se diffuser et à être utilisée par d’autres agents que celui qui en a assuré la production, sans que ce dernier en soit rétribué. Le savoir est donc à l’origine d’externalités positives puisque sa production a un impact positif sur des tiers, sans compensation de leur part. Ensuite, la connaissance est un bien non rival au sens où elle ne se détruit pas dans l’usage : le théorème de Pythagore peut être utilisé à l’infini sans perdre ses qualités. Par conséquent, le prix d’une connaissance ne peut pas être fixé comme celui de la plupart des biens. Enfin, la connaissance est cumulative ; la production de savoirs nouveaux repose largement sur les savoirs existants, si bien que les progrès de la connaissance sont d’autant plus rapides que sa diffusion est large. Or, pour qu’un agent privé ait intérêt à prendre en charge le coût de production de connaissances nouvelles, il faut qu’il puisse exclure de leurs usages la concurrence tout comme il faut qu’il puisse vendre ces savoirs. L’intervention publique dans le financement de l’éducation, de la recherche et dans la conception d’un système de protection de la propriété intellectuelle est ainsi nécessaire, notamment par le biais du système de brevet. Il faut aussi faire la distinction entre information et connaissance, l’information existant indépendamment des individus tandis que la connaissance est « attachée » aux individus puisqu’elle repose sur leurs facultés subjectives, ce qui en fait un bien plus facilement contrôlable ne serait-ce que par le processus d’apprentissage.

Il existe deux modèles de régulation de la production et de la diffusion des savoirs : la régulation publique de la recherche, c’est-à-dire à des savoirs ouverts où la société supporte les coûts de la connaissance en échange du renoncement du droit de propriété des chercheurs sur leurs publications, et la régulation privée qui ferme le savoir grâce au brevet, c’est à dire tente de conditionner la connaissance si elle circule librement. Dans les pays de l’OCDE, ces deux modèles de régulation s’imbriquent selon une proportion de 46% pour la recherche publique et de 54% pour la recherche privée. La part grandissante du financement de la recherche privée par le secteur public s’explique par la volonté d’éviter qu’un excès de financement entraîne une multiplication des sujets de recherche similaires ainsi que par une volonté de valorisation de la recherche.

Il existe en France une faiblesse de l’imbrication des réseaux scientifiques et industriels, pourtant indispensable au développement des connaissances dans de nombreux domaines. C’est pour pallier à ce manque que sont mis en place des projets de création d’entreprises innovantes. En effet, l’économie de la connaissance est un fait de société qui s’est développé avec la mondialisation, l’imbrication des économies et la diffusion de l’information. La connaissance est également imbriquée dans ce processus économique, qui s’appuie sur les interactions entre les produits de la recherche et le marché. L’innovation étant source de compétitivité économique, les produits et les processus issus des activités de recherche et de développement sont aujourd’hui vivement encouragés. Si la France est seulement dans la moyenne européenne concernant la diffusion des savoirs par les nouvelles technologies et internet, il faut relativiser ce classement face à la force du pays dans des domaines tels que attractivité pour les investissements directs étrangers, les étudiants étrangers et les travailleurs très qualifiés. Il convient donc d’aller au delà de ces indicateurs globaux et d’examiner plus précisément l’évolution et le fonctionnement de ses structures ainsi que le comportement des acteurs concernés.

Gérard Périé

Gérard Périé est étudiant en Master 2 d’histoire contemporaine à l’Université de Toulouse Le Mirail, sous la direction de Caroline Barrera et de Jacques Cantier. Il travaille sur l’évolution sociale de l’Université au XX siècle, plus précisément sur le logement étudiant. Il a achevé la rédaction d’un premier mémoire de recherche  » Histoire de la Cité Universitaire Daniel Faucher, 1954-1973 « .

More Posts