Instrumentalisation du passé

Qu’elle vienne des historiens eux-mêmes ou de ceux qui ont eu et ont toujours la charité de penser à leur place , la réflexion sur l’écriture de l’histoire est étroitement liée à l’évolution de la discipline, à celle de ses fonctions sociales et à la pluralité des modèles de construction du savoir. Elle est indissociable des pratiques et de l’éthique du métier d’historien.

Sans écarter des croisements inévitables, le séminaire n’aurait pas pour objet de revenir sur les « tournants » de l’historiographie, les questions de méthode, l’invention des outils, les problèmes de conceptualisation ou autres emprunts aux sciences sociales… Sous la forme d’apports ponctuels suivis d’un temps de débat, il s’agirait pour l’essentiel de contribuer à une réflexion sur ce que faire de l’histoire implique et signifie aujourd’hui, dans le régime d’historicité qui semble se dessiner et même s’imposer comme pratique sociale obligée.

Pour le dire à gros traits, avec, entre autres causes, la conjonction sans surprise de la crise du futur, du retour du religieux et de revendications identitaires se fondant sur une vision de l’histoire, l’instrumentalisation du passé joue sur les confusions entre histoire et mémoire, en s’attachant à les entretenir, en brouillant les enjeux. Elle est devenue (ou redevenue) un des leviers des stratégies de conditionnement des opinions dans l’exercice du pouvoir, très au-delà des seuls régimes d’oppression. Les historiens avaient dû apprendre à ne plus séparer discours et méthode, à établir rigoureusement un état des connaissances tout en s’expliquant sur les procédures mises en oeuvre pour y parvenir, en en dévoilant les limites, parfois la fragilité. Il leur faut sans doute maintenant réfléchir aussi à ce qui pourra advenir de leur travail, aux conditions d’une réception socio-médiatique dans laquelle ils pourront être plus ou moins insidieusement impliqués sans la contrôler pour autant, aux usages politiques et aux modes de transmission didactique auxquels leurs apports pourront donner lieu. Le tout au risque d’une instrumentalisation aussi bien de leur production que d’eux-mêmes…

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur « Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l’époque moderne » (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter