François Godicheau, « Des courants d’air dans la tour d’ivoire: les historiens espagnols dans la tourmente des luttes mémorielles »

Bibliographie :

Ancien élève de l’École Supérieure de Fontenay/Saint-Cloud (1991-1996), agrégé d’histoire (1995), ancien pensionnaire de la Casa de Velazquez (1999-2001) et docteur en histoire de l’EHESS (2001), François Godicheau a été ATER à l’Université de Toulouse II – Le Mirail avant d’intégrer l’Université de Bordeaux III en tant que maître de conférence à l’Institut d’études ibériques. Il est depuis 2009 professeur des universités.

Ses recherches portent sur les question d’ordre public et de la construction de l’État en Espagne, Argentine et Italie, de la fin du XIXe siècle aux années trente du XXe.

Plus d’informations sur sa fiche de la Casa de Velazquez.

Dernières publications :

« Violences de guerre civile en Espagne », Revue d’histoire de la Shoah, « Violences coloniales, violences de guerre, violences extrêmes », 188, septembre, 2008, pp. 413-430.

«El anarquista: la construcción social del “enemigo de la sociedad”, al hilo del siglo XIX», en Encarna Nicolás, y Carmen González, (eds.), Ayeres en discusión. Temas claves de la Historia Contemporánea hoy, CDRom, Servicio de Publicaciones de la Universidad de Murcia, 2008.

Résumé de la conférence :

 

Conférence :

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur « Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l’époque moderne » (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Jean-Pierre Amalric, « Histoire de Catalogne, histoire en Catalogne : une histoire identitaire ? »

Jean-Pierre Amalric, natif de Montauban, est professeur émérite d’histoire contemporaine de l’université Toulouse II- Le- Mirail où il dirige l’UFR d’histoire au début des années 1990. Spécialiste de l’histoire de l’Espagne, il travaille pour le CNRS au début des années 60 notamment aux Archives de Simanca qui  regroupent les archives du royaume de Castille. En 1976 paraît la première édition de son ouvrage « Espagne » suivi du « Lexique historique de l’Espagne ». Il contribue notamment à des œuvres collectives telles que « L’ Histoire des espagnols » dirigée par Bartolomé Bennassar.

En 1990, il préside le colloque international consacré à Manuel Azana avec la participation du ministre espagnol de la Culture M. Jorge Semprun. Il continue aujourd’hui ses travaux sur l’Espagne et notamment sur Azana dont il préside une association  »  Présence Manuel Azana« .

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur « Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l’époque moderne » (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Michel Bertrand, « 1492: « un « lieu de mémoire » hispanique ? »

Bibliographie :

Historien du monde hispanique, Michel Bertrand a été pensionnaire de la section scientifique de la Casa de Velázquez-École des Hautes Études Hispaniques de 1987 à 1990. Influencé par le contexte historiographique français de la fin des années 60 et par les thématiques développées à cette même époque dans l’historiographie américaine, ses premières recherches ont porté sur la question foncière au Guatemala. Elles ont débouché sur la monographie d’une région rurale à forte population indigène abordée dans la très longue durée.

La découverte des approches micro-historiques l’ont ensuite amené à s’intéresser à la question des modes de sociabilité et des réseaux sociaux dans le monde des élites coloniales et post-coloniales du Mexique et du Guatemala. Ses recherches actuelles appliquent ces questionnements aux élites de la ville de Puebla abordées dans la longue durée (17e-18e siècle). Parallèlement, il étudie les modes d’élaboration des discours historiens dans et sur l’espace latino-américain, s’intéressant par là-même à l’historiographie américaniste des 19e et 20e siècles, tout particulièrement à son rôle dans « l’invention » des nations latino-américaines.

Le prolongement de ces questionnements d’ordre historiographique l’ont fait s’intéresser aux récits de voyage européens concernant le Mexique et l’Amérique centrale du 19e et à leur rôle dans la construction des représentations européennes sur l’Amérique latine.

Il est depuis 1990 enseignant à l’université de Toulouse II – Le Mirail et membre senior de l’Institut Universitaire de France.

Dernières publications

– « Configurations sociales urbaines aux confins de l’empire », Annales HSS, n° 4, 2007, pp. 855-884.
De l’un au multiple (coord. avec R. de Roux), Toulouse, coll. Hespéride, PUM., 2009.
– Coordination du numéro 94 de la revue Caravelle sur « Les indépendances en Amérique latine : de la commémoration à l’histoire », 2010.

 

Résumé de la conférence :

 

Conférence :

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur « Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l’époque moderne » (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Kmar Bendana, Interview

Kmar Bendana est chercheuse permanente à l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National (ISHMN – Université de Tunis I)) et professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Tunis. Ses travaux portent sur l’histoire de la culture et des intellectuels en Tunisie aux XIXème et XXème siècles. Co-directrice et actuellement membre du comité de rédaction de la revue IBLA (Institut des Belles Lettres Arabes, Tunis), elle a aussi co-dirigé le bulletin de recherche historique Watha’iq (1984-2003). Elle est membre du Comité de rédaction de Correspondances (IRMC). Kmar Bendana tient par ailleurs un blog destiné à partager des questionnements sur la Tunisie contemporaine au travers des relations entre la culture et l’histoire.

 

Ses dernières publications :

2005 – Relire les biographies de Bourguiba. Vie d’un homme ou naissance d’une nation ? Alfa 2005, Biographies et récits de vies, pp. 107-118.
2006 –  «  »Fleur d’oubli », conjuguer le monde arabe au présent »,  »Babelmed », 5 octobre 2006, La Vie des Idées, n°10, 2006.
2008 –Traducteur en Tunisie aux XIXème/XXèmes siècles : le passage d’une condition à une profession, Rawafid n° 13, Tunis, ISHMN, pp. 125-139.
2010 – « Écrire, enseigner l’histoire de la Tunisie : séquence coloniale et circulation des savoirs », Mélanges Daniel Rivet, Paris, Karthala, pp. 141-153.2011- « Réflexions historiennes sur un fragment révolutionnaire », IBLA n° 207, juin 2011, pp. 5-13. Traduit en arabe par K Kchir. Version française parue dans http://www.transeuropeennes.eu/fr/a….
2011-« M’hamed Belkhûja (Tunis, 1869-1943). Un historien en situation coloniale », Revue d’histoire des sciences humaines, n° 24, pp.17-34.
2011– « Abdelaziz Thaalbi », Dictionary of African biography, Oxford University Press, ed. by Henry Louis Gates JR & Emmanuel Akyeampong.

 

Interview :

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur « Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l’époque moderne » (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter