Christian Thorel, « Passé et présent de l’Histoire par les livres »

Christian Thorel, né en 1953 à Toulouse, dirige la Librairie Ombres Blanches depuis 1977. En reprenant cette librairie la même année de sa création, avec quatre employés et quatre-vingt mètres carrés de surface, M.Thorel, qui dit « habiter dans les livres », en fait l’une des plus grandes librairies indépendantes de France : ce sont aujourd’hui une quarantaine d’employés qui la font vivre sur plus de mille mètres carrés. Plus qu’une librairie, c’est un véritable pôle culturel et littéraire de la ville Rose qui organise une rencontre quotidienne avec un auteur, s’investit dans des manifestations littéraires régionales (ex : « Le Marathon des Mots« ).
Christian Thorel, qui entreprend ses études à l’INSA de Toulouse mais auxquelles il doit mettre un terme dès suites d’un grave accident de voiture, découvre le métier de libraire à l’âge de vingt ans en fréquentant les librairies de sa ville natale.
Ce métier lui va bien : autodidacte, mais angoissé par le nomadisme (entre 1974 et 1977, après son accident, il s’essaie au cinéma dans la capitale française ), il ressent dans sa nouvelle vocation une sécurité qu’il recherchait : « la sédentarité ».
Ne concevant pas la vie sans les livres il s’en fait un ardent défenseur.
A la fin des années 80, il anime le réseau de libraires indépendants « L’oeil de la lettre ». Puis en 1997 il refonde le syndicat des librairies (SLF) dont il est le vice-président jusqu’en 2007, année de sa démission, se trouvant en désaccord avec certaines orientations prises par le syndicat et soucieux de se consacrer à l’agrandissement de la surface de sa librairie toulousaine.
Ses lectures pléthoriques et son plein investissement autour des activités de sa librairie, qui en ont fait une figure nationale du livre, ne l’empêchent pas de continuer à lutter pour la survie de l’objet-livre et des librairies indépendantes, ancrées dans le paysage de nos centres-villes.

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur « Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l’époque moderne » (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Rémi Mathis, « Wikipédia, de la diffusion de la recherche historique à la construction du rapport au passé »

Ancien élève de l’école nationale des Chartres (2007), et de l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (2008), ancien conservateur de la bibliothèque de sciences humaines et sociales de l’université Paris Descartes-CNRS (2008-2010), Rémi Mathis prépare actuellement une thèse de doctorat consacrée au département des Affaires étrangères sous Louis XIV.

Il est également conservateur du département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France (2010), rédacteur en chef de la revue Nouvelle de l’Estampe, et préside, depuis 2011, le conseil d’administration de Wikimédia France.

Initialement spécialiste des estampes et livres anciens, de l’histoire du jansénisme, ou encore de l’histoire du XVIIe siècle, Remi Mathis à étendu son domaine d’expertise aux usages du web et des nouvelles technologies dans le monde de la culture (réseaux sociaux, livres électroniques,…).
Il est l’auteur de Les bibliographies nationales rétrospectives. Entre recherche d’identité et identité de la recherche, publié en 2010 aux Edition Universitaire Européenne, et tient depuis mai 2009 le blog A la toison d’or, dédié au patrimoine écrit.

Conférence :

[powerpress url=http://podcast.cict.fr:8171/podcastproducer/attachments/0FB776D2-48E5-4E1E-97A7-456AB00DC038/E8D4714D-5248-478D-953D-B2AC2FE3F818.m4v]

Interview :
[powerpress url= »http://podcast.cict.fr:8171/podcastproducer/attachments/0FB776D2-48E5-4E1E-97A7-456AB00DC038/FDEE23F8-7CB6-435E-9D5E-B00D61D7FE41.m4v »]

NB : les navigateurs Internet Explorer 9 et Chrome ne prennent pas en charge le plein écran. Pour en profiter pleinement, n’hésitez pas à utiliser Firefox.

 

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur « Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l’époque moderne » (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Kmar Bendana, Interview

Kmar Bendana est chercheuse permanente à l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National (ISHMN – Université de Tunis I)) et professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Tunis. Ses travaux portent sur l’histoire de la culture et des intellectuels en Tunisie aux XIXème et XXème siècles. Co-directrice et actuellement membre du comité de rédaction de la revue IBLA (Institut des Belles Lettres Arabes, Tunis), elle a aussi co-dirigé le bulletin de recherche historique Watha’iq (1984-2003). Elle est membre du Comité de rédaction de Correspondances (IRMC). Kmar Bendana tient par ailleurs un blog destiné à partager des questionnements sur la Tunisie contemporaine au travers des relations entre la culture et l’histoire.

 

Ses dernières publications :

2005 – Relire les biographies de Bourguiba. Vie d’un homme ou naissance d’une nation ? Alfa 2005, Biographies et récits de vies, pp. 107-118.
2006 –  «  »Fleur d’oubli », conjuguer le monde arabe au présent »,  »Babelmed », 5 octobre 2006, La Vie des Idées, n°10, 2006.
2008 –Traducteur en Tunisie aux XIXème/XXèmes siècles : le passage d’une condition à une profession, Rawafid n° 13, Tunis, ISHMN, pp. 125-139.
2010 – « Écrire, enseigner l’histoire de la Tunisie : séquence coloniale et circulation des savoirs », Mélanges Daniel Rivet, Paris, Karthala, pp. 141-153.2011- « Réflexions historiennes sur un fragment révolutionnaire », IBLA n° 207, juin 2011, pp. 5-13. Traduit en arabe par K Kchir. Version française parue dans http://www.transeuropeennes.eu/fr/a….
2011-« M’hamed Belkhûja (Tunis, 1869-1943). Un historien en situation coloniale », Revue d’histoire des sciences humaines, n° 24, pp.17-34.
2011– « Abdelaziz Thaalbi », Dictionary of African biography, Oxford University Press, ed. by Henry Louis Gates JR & Emmanuel Akyeampong.

 

Interview :

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur « Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l’époque moderne » (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Laure Teulière, interview

Après un doctorat d’histoire préparé sous la direction de Pierre Laborie (Français et Italiens dans la France méridionale, de la fin de la Grande Guerre au sortir de l’Occupation : opinion et représentations réciproques) et soutenu en 1997, Laure Teuilière a effectué un post-doctorat au CNRS de 2004 à 2006. Membre du comité de rédaction de la revue Diaspora, elle est aussi directrice adjointe de la revue Cahiers de Framespa – Nouveaux champs d’histoire sociale. Depuis 2007, elle est maître de conférence en histoire contemporaine à l’université de Toulouse II – Le Mirail.

Ses problématiques de recherche concernent l’histoire du fait migratoire et de l’immigration, et tout particulièrement l’histoire des Italiens dans le Sud-Ouest de la France ( Italiens. 150 ans d’émigration en France et ailleurs 1861-2011, Toulouse, Éditalie, 2011). Actuellement, ses recherches s’orientent sur la question des mémoires, notamment pas le biais d’une approche internationale comparée (dir. avec M. Amar), « Mémoires de quartiers », Diasporas. Histoire et sociétés, 2011, n° 17).

Laure Teulière est aussi la représentante pour l’UTM de CLIOHRES (Toulouse Le Mirail étant le partner 22).

Cet interview a été réalisé par Annelise Rodrigo dans le cadre de la première journée du séminaire, « L’historien face à ses publics« .

Interview Laure Teulières

Laure Teulières, « Historienne de l’immigration : un témoignage sur les enjeux de la transmission »

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur « Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l’époque moderne » (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter