Retour d’expérience et réflexions sur la journée d’étude Digital History du 13 juin 2013 à Toulouse

Bien, après quelques jours passés loin de mon ordinateur (mais guère plus reposants, n’est-ce pas @stakats ?), je reprends la plume pour réfléchir sur le déroulement de la journée, avec les points forts et les points faibles, et les projets abordés. Si les intervenants veulent partager des réflexions, qu’ils n’hésitent pas à se manifester ! 😉

Quelques rappels pour commencer :

La journée était initialement prévue avec 6 intervenants. Mais la grève des aiguilleurs du ciel aidant, Serge n’aura vu que l’aéroport de Florence et guère plus… 931151_491976300873981_2032034313_n

 

Sean Takats a accompli un périple digne du XIXe siècle en partant lundi de Washington pour arriver finalement à Toulouse le jeudi à 2h du matin. Le voyage aurait été plus rapide dans la soute d’un paquebot…

 

La journée faisait l’objet d’une diffusion tous azimuts :

  1. Diffusion en streaming via Twitcam (originellement, ce devait être l’outil de l’université, mais celui-ci ne fonctionnait pas la veille…) couplée au hastag #DigHist13 ;
  2. Enregistrement professionnel à destination de Canal-U ;
  3. Prise de note via un pad par les étudiants de master d’histoire pour chaque intervenant ;
  4. Mise en place d’un dispositif Coveritlive (la version d’essai) agrégé aux sites suivants : Framespa, Digital History, Instrumentalisation du passé, La boite à outil des historiens, Devenir Historie-ne et qui regroupe toute la production de la journée (les liens pour les vidéos en direct, les photos, les tweet, voire le FB…). L’objectif était de toucher un public autre que la twitosphère traditionnelle.

 

Un peu d’audience (?) :

La présentation de la journée sur Framespa et le labex : sur Framespa, elle a été consultée par 43 personnes différentes, avec 2min 16s de temps passé à lire le programme. La page d’accueil du site, regroupant aussi le coveritlive, a elle été vue par 59 personnes pour 2m 12s de temps cumulé. L’audience n’est en revanche pas au rendez-vous sur le site du labex, avec seulement 5 vues uniques pour 13s de lecture.

Labex SMS
Labex SMS
Framespa
Framespa

Sur les blogs (je suis preneur des stats des blogs Devenir… et La boite à…) :

  • Instrumentalisation de l’histoire, qui disposait du plus grand nombre de renvois (avec notamment la présentation des intervenants) s’en tire haut la main : 226 visiteurs uniques pour la seule journée (merci à Pierre d’avoir été le premier requêté ;-)). D’ailleurs, dans les pays disponibles, on trouve de manière peu surprenante, les USA et l’Italie (Serge, merci !).
Instrumentalisation de l'Histoire
Instrumentalisation de l’Histoire

 

  • Digital History, qui bénéficiait d’une exposition moindre, a drainé un moindre trafic : seulement 20 visites pour la journée.
Digital History
Digital History
  • Le coveritlive : là, c’est au pifomètre puisque la version d’essai était limitée à 100 clics et qu’ils ont été atteint, interrompant le déroulement du service. On notera néanmoins le bon ratio de temps passé sur l’application, gage que celle-ci a intéressé les auditeurs. En revanche, peu d’interactions, alors que l’app était justement destinée à aux non utilisateurs de twitter… Si des viewers passent pas ici, j’attends vos retours sur l’application via les commentaires.
Coveritlive
Coveritlive
  • Twittcam : et bien figurez-vous que l’outil est des plus succincts ! Impossible de mettre la main sur les stats ! Alors, encore une fois, au pifomètre : le pic le plus bas était de 4 personnes en fin de journée ; il a culminé à 12 dans la matinée.
  • Twitter : 212 tweets avec #DigHist13 (sans compter ceux de Marion qui s’est trompée de # ^^) et 16 twittos actifs. Toutes les stats ici.
Twittos
Twittos

Quelle audience physique ? A Bisto de Nas, entre 30 et 40 personnes sont passées physiquement voir la journée. Un bon cru si on se réfère aux séminaires traditionnels au Mirail, en prenant en compte la date (mi-juin, où les réunions et autres colloques battent leur plein !), le fait que ce soit un grand amphi (et que ça paraît vide) et sans oublier le gros colloque #PedagoTIC organisé juste à côté qui a vraisemblablement accaparé des participants…

En bonus, le nuage de mots de la journée… 😉

Capture d’écran 2013-06-17 à 13.47.15

Qu’en penser ?

    1. pour avoir des stats, diffuser l’info c’est bien, mais réfléchir à utiliser des médias qui comptabilisent, c’est mieux… (les pads et la twitcam ne le font pas.)
    2. quand le stream fonctionne et que les twittos suivent, posent des questions et ajoutent du contenu pour enrichir le débat, c’est génial (cf. @sergenoiret et son blog) ! Mais ça demande au moins une seconde personne pour gérer cam + twitter. D’ailleurs, investir dans une petite webcam HD directionnelle, ce serait encore mieux (un gadget peu onéreux finalement, une 30ène d’euros).

Short Biblio on Digital History from Serge Noiret diffusée lors de la journée

 

  • le pad multiple, c’est chouette pour le compte-rendu 😉
  • le coveritlive, qui semblait être une bonne idée pour faire participer les non twittos, n’a pas eu l’effet escompté. On reste une nouvelle fois cantonné aux utilisateurs de twitter. Peut-être aussi que le public de la journée, majoritairement twittos, n’était pas l’idéal pour utiliser l’outil.

Les pistes de réflexion soulevées lors de la journée :

  • Quelle intégration pour les historiens amateurs ? Doit-on en rester à l’expérience malheureusement « d’utilisation » des généalogistes par le CNRS 30 ans auparavant ? Avec en corollaire, pour qui fait-on de l’histoire , et dans quel but la diffuse-t-on sur le net ?
  • De la nécessaire création d’une bibliographie connectée sur la Digital History ;
  • De twitter comme république des lettres ; ce qui n’est pas évident pour tout le monde :

 

 

  • Monter des projets numérique, c’est bien ; les insérer dans problématiques mémorielles, ça peut ramener des sous ; les adosser à des projets de recherche, ça amplifie leur écho, leur assure une pérennité et permet de les faire connaître. Créer oui, mais en insérant dans les réseaux actuels.
  • Pourquoi n’existe-t-il pas de mot anglais ou allemand pour « veille ». Réponse de Pierre :
  • Si vous voulez déclenchez de la contribution (sur Zotero), commencez à faire le boulot vous-même ;
  • Il est nécessaire de structurer l’information historique : data et text mining sont plus efficaces si les informations sont structurées.

 

Et après ? (un peu de teasing….)

La Digital History, à l’instar des données historiques, se structure à peine. Et si on l’aidait à se structurer ?

Coming soon…

 

 

 


Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur "Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l'époque moderne" (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Publié par

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur "Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l'époque moderne" (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *