13/06/13 : journée d’étude Digital History à l’université du Mirail – Toulouse

aff poublancLe laboratoire Framespa organise à Toulouse le 13 juin prochain une journée d’étude consacrée à la Digital History dont voici la présentation et le programme :

Cette journée s’inscrit dans le cadre du séminaire transversal du laboratoire Framespa et est organisée avec le soutien de l’IUF, de la MSH-T, de l’URFIST et de l’école doctorale TESC.

Elle s’adresse aux chercheurs comme aux doctorants de toutes les disciplines et pas seule- ment en histoire. L’objet de la journée est de réfléchir sur les nouveaux usages impulsés par le mouvement des Digital Humanities dont la Digital History est l’une des émanations.
Les thématiques de certaines interventions sont communes aux différentes disciplines des SHS- ALL (Pierre Mounier, Sean Takats, Franziska Heimburger) tandis que d’autres concernent spéci- fiquement l’Histoire (Serge Noiret et Jean-Luc Pinol). Mais toutes ont pour ambition de réfléchir sur la structuration de l’information scientifique, notamment dans sa façon de traiter les données toujours plus importantes que récoltent les chercheurs. À cette fin, la journée est articulée en deux parties.
La matinée est consacrée à une réflexion globale sur la place de l’historien dans la cité et sur les contraintes numériques qui modifient son rapport à ses objets d’étude. Dans une seconde partie, il s’agit de présenter les outils qui permettent de digitaliser sources et production scientifique, tout comme les nouvelles façons de travailler ensemble qui en découlent.

Programme :

Introduction : présentation de l’histoire numérique/Digital History

Matin : Digital History, des outils au service de la mémoire

La Digital Public History : histoire et mémoire à la portée de tous ?- Serge Noiret

« L’histoire publique numérique (Digital Public History) dans sa version 2.0, a certainement permis de désenclaver la «culture haute» mais avec l’apparition du web 2.0, l’histoire et la mémoire sont à présent la prérogative de tout le monde dans la toile grâce au «crowdsourcing». Le danger aujourd’hui est que les spécialistes ne dominent pas les mutations du numérique en histoire ou que l’on se limite aux usages publics du passé. Sans une prise de conscience qui ne peut passer que par la connaissance des nouveaux instruments, la révolution du numérique éliminera la capacité professionnelle de reconstruire le passé qui deviendra l’apanage des mémoires individuelles et de l’horizon aveugle de chacun. Cette intervention lors du séminaire « Histoire et historiens face aux usages et à l’instrumentalisation du passé », à Toulouse le 13 juin 2013, tentera de comprendre quelles sont les mutations plus significatives de l’histoire 2.0 pour le métier d’historien et quels sont précisément les enjeux épistémologiques posés par le numérique participatif. Elle s’attardera sur les pratiques nouvelles de la Digital Public History, l’histoire désenclavée à la portée de tout le monde qui répond aux profonds besoins identitaires de nos sociétés globalisées. »

Why RRCHNM ? (Pourquoi le RRCHNM ?) – Sean Takats

Pourquoi le RRCHNM (Roy Rosenzweig, the Center for History and New Media ) a-t-il achevé ses grands projets Digital History (et leur soutien financier) malgré le renom médiocre de la George Mason University, où il s’est établi. On discute également les obstacles particuliers qui gênent le lancement des projets numériques et la nécessité de former des partenariats externes.

Ouvrir l’atelier de l’historien ? Les carnets de recherche sur la plateforme Hypothèses – Pierre Mounier

Cela fait maintenant 5 ans que la plateforme Hypothèses a ouvert ses portes. Depuis, plus de 600 carnets de recherche ont été créés, permettant à un grand nombre de chercheurs, d’équipes et de projets de recherche de communiquer sur leurs activités et l’actualité de leur domaine. Avec plus de 200 carnets de recherche, les historiens forment une des communautés les plus dynamiques sur la plateforme. Comment cette discipline s’est-elle approprié l’outil? Quels usages peut-on constater ? Jusqu’à quel point ces pratiques de communication sont-elles intégrées aux pratiques de recherche ? Ce sont quelques unes des questions auxquelles on tentera de répondre dans cette communication.

Après-midi : Digitaliser l’histoire

L’atelier numérique de l’histoire : mettre la « main à la pâte » numérique – Jean-Luc Pinol

Développé à partir d’History Engine, l’atelier numérique de l’histoire est un ensemble l’outils collaboratifs pour l’enseignement et la recherche en histoire. Dans sa version actuelle, cet ensemble permet de « mette la main à la pâte » (numérique). Les utilisateurs déposent une production fondée sur un commentaire de document qui est également déposé dans l’atelier, ils doivent gérer tags, géolocalisation et bibliographie. Le responsable du cours publie ou suggère des modifications de la production. Les productions portent sur l’espace de la France métropolitaine depuis l’an mille. Une fois publiées les productions sont moissonnées par ISIDORE et constituent des publica- tions accessibles via le Web.

Veiller, communiquer, gérer – une bibliographie collaborative avec Zotero pour la First World War Studies Society – Franziska Heimburger

Les outils numériques changent nos pratiques bibliographiques et nos habitudes de veille scien- tifique. La First World War Studies Society (société savante regroupant 350 chercheurs dans le monde entier) s’est doté en 2012 d’une bibliographie collective qui tâche à la fois d’être un outil de référence en permanence à jour des publications dans ce champ particulièrement dynamique et de servir d’instrument de veille pour la communauté internationale des chercheurs qui s’inté- ressent à la période et qui ne peuvent pas surveiller les publications dans plusieurs pays. Cette communication reviendra sur les choix d’outils pour sa mise en place et donnera un premier bilan du fonctionnement au bout d’un an d’activité pleine.

La source, son historien et l’édition numérique : le paradoxe du navigateur à papier ? – Marion Lamé

Parce qu’elle porte en elle des manifestations des langages humains, à la fois écrits et non écrits, l’inscription, objet d’étude de l’épigraphie, est une source de laquelle surgissent des défis informatiques et qui invite à réaliser des investigations méthodologiques innovantes en humanités numériques. Entendue ici comme un dispositif de communication dans lequel l’écriture a une fonction sociale bien spécifique, questionnée à travers le prisme des sciences de la communication et mise à l’épreuve des techniques et technologies informatiques, l’inscription révèle la complémentarité des instruments propre au système du papier et de ceux propres au système numérique pour transmettre, sous des formes multiples, les informations d’un passé dont l’inscription est la trace. Pourquoi et comment chercher à maintenir le lien cardinal entre l’écrit et le dispositif épigraphique, lien dont on démontre que la rupture est due à l’édition sur papier ? Comment reconstituer la complexité multidimensionnelle de la situation épigraphique ? C’est en tentant de répondre à ces questions, de manière expérimentale, qu’il nous est apparu que l’édition numérique de source primaire positionne l’historien au coeur d’un processus définitoire – qu’est-ce qu’une inscription ? – dont dépendent la problématique de numérisation et les actes de numérisation qui seront alors mis en place.

La présentation des intervenants est disponible sur le site du laboratoire


Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur "Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l'époque moderne" (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Publié par

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur "Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l'époque moderne" (sous direction de Sylvie Mouysset et Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel en Humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *