08/04/2013 « L’espace des sciences sociales : Sciences anciliaires ? La question des financements de la recherche »

L’injonction à l’excellence scientifique a pu être perçue par certains comme l’imposition plus ou moins silencieuse d’une vision managériale et néolibérale du travail scientifique, davantage soucieuse d’opérationnalités pratiques et d’évaluations hétéronomes et moins portée sur le « désintéressement » jusqu’alors pensé comme attribut du chercheur. La question du financement des recherches, de moins en moins public, exacerbe cet enjeu de l’autonomie du champ scientifique. D’où cette idée de sciences désormais ancillaires (littéralement, les sciences de servantes), entièrement au service du marché, d’une vision idéologique du monde ou d’un appareil bureaucratique… Mais est-ce réellement nouveau ? Le mode normal de construction de la « science » est-il depuis toujours lié à l’affranchissement vis-à-vis des contraintes matérielles de financement, notamment issu du secteur privé ?

Michel Grossetti : « Quatre idées reçues sur le travail du chercheur »

Michel Grossetti présente quatre idées reçues  pour montrer que le mode normal de construction de la « science » ne fut pas toujours lié à l’affranchissement vis-à-vis des contraintes matérielles de financement. En effet, dans un article paru en 2003 (« Les évolutions du champ scientifique en France à travers les publications et les contrats de recherche », Actes de la recherche en sciences sociales, juin, n° 148, p. 1), Michel Grossetti rappelle que si depuis une trentaine d’années les pays industrialisés sont face à une croissance régulière des collaborations entre la recherche universitaire et d’autres organismes, en particulier les entreprises, les liens entre la recherche et le monde industriel a déjà une histoire assez longue.

La première idée fausse est de croise que la science est détachée de toute dimension utilitaire. Cette vision de la science fut notamment celle de l’éminent physicien Jean Perrin. Michel Grossetti, en illustrant ces propos de plusieurs exemples, contredit ce prétendu détachement de la science. En 1781, les États du Languedoc avaient recruté un chimiste nommé Jean-Antoine Chaptal, dont les recherches étaient en lien direct avec l’industrie. Plus récemment, des chercheurs tels que Louis Pasteur faisaient des recherches en lien direct avec l’industrie. En effet, Louis Pasteur étudiait notamment l’extraction du sucre de la batterave. Pour Michel Grossetti, ces deux exemples illustrent le lien qui a toujours existé entre l’utilité et la science, ce que le sociologue nomme « l’utilité scientifique ». Si l’on élargit le cadre géographique aux États-Unis, la recherche scientifique peut y être perçue comme le contre modèle de la vision de Jean Perrin. Au MIT, par exemple, l’accent fut mis sur des orientations industrielles de la recherche, pouvant faire penser que la science devenait dès intéressée. Ce modèle américain s’est d’ailleurs développé en Europe où, au cours des Trente Glorieuses, les États se sont mis à financer fortement la recherche scientifique.

Michel Grossetti met ensuite l’accent sur une second idée fausse qui serait de croire que le cadre académique est le seul dans lequel s’effectue une activité de recherche. Le cadre industriel, lui aussi, représente un lieu où la recherche scientifique a ses droits. Ni en contradiction, ni étanches l’un à l’autre, ces deux cadres se complètent et se croisent pour l’avancée de la recherche scientifique. À l’aide d’un nouvel exemple, Michel Grossetti illustre ses propos. En effet, les instituts de province n’ont-ils pas dû leur salut à leur utilisation de la science appliquée, en opposition avec un académisme stéril, où la science n’est concentrée que sur l’enseignement ?

La troisième idée fausse que dénonce Michel Grossetti est cette croyance en la contradiction entre d’une part la recherche de l’excellence et, d’autre part, l’utilité sociale. Le sociologue explique que ces deux idées ne forment en fait qu’une seule et même notion. Dans le contexte actuel du chercheur, où l’idée d’excellence scientifique règne, l’utilité sociale paraît quelque fois reléguée au second plan, derrière le financement des recherches entraînant le chercheur à privilégier certains axes de recherches dans l’espoir d’obtenir une aide financière. Pourtant excellence scientifique et utilité sociale ne sont pas étrangères l’une à l’autre.

Enfin, Michel Grossetti termine son intervention en pointant une quatrième idée fausse : les chercheurs seraient victimes des injonctions inventés par les politiciens. Selon Michel Grossetti, se seraient plutôt les scientifiques qui seraient à l’origine de ces injonctions contradictoires. C’est en fait toute la communauté scientifique qui doit se poser la question de ce qu’elle veut faire et de ses rapports avec le monde social. Les chercheurs ne devraient pas s’enfermer dans leurs recherches mais, au contraire, s’ouvrir au monde social.

Finalement, Michel Grossetti estime qu’il serait absurde de stigmatiser toutes les recherches scientifiques sur le financement incitatif et à visé applicative. Le lien entre recherche scientifique et le monde de l’industrie, même s’il se pose aujourd’hui avec une nouvelle acuité, n’est pas une donnée récente. Cet aperçu historique a permis dans montrer les différentes facettes à travers le temps.

Cécile Crespy : « L’espace des sciences sociales, le financement sur projet »

Le financement sur projet intervient après un appel d’offre, une sélection, une évaluation, et induit un contrôle sur le cours des recherches. Concrètement il s’agit de ressources qui sont attribuées à des individus ou à des groupes de recherche, et qui proviennent d’un financement extérieur. Ce dispositif, ancien dans l’histoire du financement de la recherche, est en plein développement depuis la Seconde Guerre mondiale notamment dans le domaine de la santé et de l’aménagement du territoire. La question du financement de l’histoire se pose alors que la part des financements sur projet dans la recherche internationale est passée d’environ 10/11% en 1982 à 21% en 2002. Le contexte est évidemment très important à l’augmentation de cette part de financement, et peut s’avérer défavorable dans un climat de crise économique.

Ce mode de financement pose aussi la question des articulations entre les logiques marchandes, les logiques sociales et les logiques académiques qui peuvent être mises en œuvre à travers cette distribution de ressources. Les chercheurs disposent toutefois d’une réelle marge de manœuvre, le temps de la programmation du projet et le temps des pratiques de recherche étant strictement séparés. Ce sont les conceptions nationales de la recherche qui font que, dans certains pays, les recherches financées sur projet sont perçues comme objectives ou non, au contraire de celles qui sont financées par de l’argent public.

La France, que concerne aussi cette hausse générale du recours à ce mode de financement intervenue de 1982 à 2002, a décidé d’encourager le financement sur projet avec la création de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR : http://www.agence-nationale-recherche.fr) qui regroupe tous les appels à projets nationaux et transnationaux. Cette politique s’insère dans une logique de diversification des sources de financement de la recherche à l’œuvre depuis les années 1980, où l’Union européenne et les collectivités locales ont commencé à s’investir aux cotés de l’État français.

Le financement sur projet questionne directement l’autonomie des chercheurs par rapport aux acteurs externes comme à la communauté des pairs. Le financement sur projet a-t-il un impact sur ces relations, et à quel niveau ?

Il est difficile de développer une conclusion nette sur cette question. Il est certain que ce mode de financement a un impact sur le travail académique, faisant apparaître de nouvelles hiérarchies professionnelles qui peuvent conduire à l’individualisation dans la recherche du financement comme au regroupement autour d’un agenda de recherche commun. Un modèle partenarial instauré entre chercheurs statutaires et doctorants peut aussi permettre l’intégration de ces derniers dans les projets de recherche du laboratoire. Des mises en œuvre très différentes sont possibles, celles-ci variant fortement selon les disciplines scientifiques.

Les financements sur projet se déroulent généralement sur deux ou trois ans durant lesquels la contrainte liée au financement est internalisée dans le laboratoire en une sorte de pression liée au respect des injonctions communautaires.

Dans le cadre français la question du financement sur projet inquiète sur les possibilités de contrôle de la recherche par les pouvoirs publics, et ce mode de financement n’est surtout appliqué que dans l’industrie et le progrès technique. L’idée d’un retard français permet de légitimer un certain nombre d’actions concertées, telles que la mise en place de l’Agence Nationale de la Recherche et par un travail de coopération entre les divers organismes de la recherche française à travers la Délégation Générale à la Recherche Scientifique et Technique (DGRST) créée en 1961. L’ANR permet aussi un rapprochement avec la recherche d’autres pays tels que le Royaume-Uni et l’Allemagne, ainsi qu’un renforcement de l’aide de financement sur des thématiques données.

Mais la question de la légitimité des agences et de la part d’intervention des pouvoirs publics dans la recherche reste prégnante. Pour l’instant, il semblerait que l’indépendance des chercheurs tient beaucoup à la capacité de ce petit univers social à conserver des marges d’entre-soi.

Jérôme Vicente : « Production, diffusion des savoirs et financement de la recherche : qu’en pensent les économistes ? »

Pour ce qui est du savoir issu de la recherche publique, les connaissances ont tendance à circuler librement, à l’inverse du savoir issu de la recherche privée.
Pour ce qui est du cas de la France, il existe une mauvaise imbrication des sphères publiques et privées, qui entraînerait un déficit d’efficacité globale de la recherche en France.

La connaissance est un bien public qui génère de fortes externalités : plus la connaissance circule librement, plus les agents sont en mesure d’absorber les connaissances existantes pour produire de nouvelles connaissances, selon une logique cumulative de croissance et d’amélioration du bien-être. Mais la diffusion n’est optimale que lorsque la connaissance a un coût nul. Or une accession à prix nul n’est pas toujours possible; de plus, il existe un problème d’incitation à la production des connaissances s’il n’y a pas de rémunération en contrepartie.

 Trois propriétés font de la connaissance un bien économique particulier, tant dans l’usage que dans la production, à l’inverse d’un bien tangible. Tout d’abord la connaissance est difficilement contrôlable ; elle tend à se diffuser et à être utilisée par d’autres agents que celui qui en a assuré la production, sans que ce dernier en soit rétribué. Le savoir est donc à l’origine d’externalités positives puisque sa production a un impact positif sur des tiers, sans compensation de leur part. Ensuite, la connaissance est un bien non rival au sens où elle ne se détruit pas dans l’usage : le théorème de Pythagore peut être utilisé à l’infini sans perdre ses qualités. Par conséquent, le prix d’une connaissance ne peut pas être fixé comme celui de la plupart des biens. Enfin, la connaissance est cumulative ; la production de savoirs nouveaux repose largement sur les savoirs existants, si bien que les progrès de la connaissance sont d’autant plus rapides que sa diffusion est large. Or, pour qu’un agent privé ait intérêt à prendre en charge le coût de production de connaissances nouvelles, il faut qu’il puisse exclure de leurs usages la concurrence tout comme il faut qu’il puisse vendre ces savoirs. L’intervention publique dans le financement de l’éducation, de la recherche et dans la conception d’un système de protection de la propriété intellectuelle est ainsi nécessaire, notamment par le biais du système de brevet. Il faut aussi faire la distinction entre information et connaissance, l’information existant indépendamment des individus tandis que la connaissance est « attachée » aux individus puisqu’elle repose sur leurs facultés subjectives, ce qui en fait un bien plus facilement contrôlable ne serait-ce que par le processus d’apprentissage.

Il existe deux modèles de régulation de la production et de la diffusion des savoirs : la régulation publique de la recherche, c’est-à-dire à des savoirs ouverts où la société supporte les coûts de la connaissance en échange du renoncement du droit de propriété des chercheurs sur leurs publications, et la régulation privée qui ferme le savoir grâce au brevet, c’est à dire tente de conditionner la connaissance si elle circule librement. Dans les pays de l’OCDE, ces deux modèles de régulation s’imbriquent selon une proportion de 46% pour la recherche publique et de 54% pour la recherche privée. La part grandissante du financement de la recherche privée par le secteur public s’explique par la volonté d’éviter qu’un excès de financement entraîne une multiplication des sujets de recherche similaires ainsi que par une volonté de valorisation de la recherche.

Il existe en France une faiblesse de l’imbrication des réseaux scientifiques et industriels, pourtant indispensable au développement des connaissances dans de nombreux domaines. C’est pour pallier à ce manque que sont mis en place des projets de création d’entreprises innovantes. En effet, l’économie de la connaissance est un fait de société qui s’est développé avec la mondialisation, l’imbrication des économies et la diffusion de l’information. La connaissance est également imbriquée dans ce processus économique, qui s’appuie sur les interactions entre les produits de la recherche et le marché. L’innovation étant source de compétitivité économique, les produits et les processus issus des activités de recherche et de développement sont aujourd’hui vivement encouragés. Si la France est seulement dans la moyenne européenne concernant la diffusion des savoirs par les nouvelles technologies et internet, il faut relativiser ce classement face à la force du pays dans des domaines tels que attractivité pour les investissements directs étrangers, les étudiants étrangers et les travailleurs très qualifiés. Il convient donc d’aller au delà de ces indicateurs globaux et d’examiner plus précisément l’évolution et le fonctionnement de ses structures ainsi que le comportement des acteurs concernés.


Gérard Périé

Gérard Périé est étudiant en Master 2 d’histoire contemporaine à l’Université de Toulouse Le Mirail, sous la direction de Caroline Barrera et de Jacques Cantier. Il travaille sur l’évolution sociale de l’Université au XX siècle, plus précisément sur le logement étudiant. Il a achevé la rédaction d’un premier mémoire de recherche  » Histoire de la Cité Universitaire Daniel Faucher, 1954-1973 « .

More Posts

Publié par

Gérard Périé

Gérard Périé est étudiant en Master 2 d’histoire contemporaine à l’Université de Toulouse Le Mirail, sous la direction de Caroline Barrera et de Jacques Cantier. Il travaille sur l’évolution sociale de l’Université au XX siècle, plus précisément sur le logement étudiant. Il a achevé la rédaction d’un premier mémoire de recherche  » Histoire de la Cité Universitaire Daniel Faucher, 1954-1973 « .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *